Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La restructuration du site de RUAG à Altdorf entraînera moins de suppressions d'emplois que prévu. Le groupe bernois actif dans l'armement et la technologie prononcera 15 licenciements, contre 40 prévus initialement, à la faveur de mesures de chômage partiel.

RUAG est entré en matière sur les propositions que lui ont présenté les partenaires sociaux et le gouvernement uranais dans le cadre de la procédure de consultation, écrit jeudi le groupe contrôlé par la Confédération. Face au recul des commandes, que l'entreprise juge toutefois temporaire, celle-ci va recourir au chômage partiel sur son site d'Altdorf.

Il n'en reste pas moins qu'il est impératif pour RUAG de pouvoir disposer d'une base de coûts plus basse afin de rester compétitif sur les marchés de l'Union européenne, a précisé à l'ats son porte-parole Jiri Paukert. Un plan social est prévu pour les collaborateurs licenciés.

ATS