Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'hôtellerie suisse n'est pas encore complètement au bout des peines causées par la crise. Pour cet hiver, un nouveau recul des nuitées de 0,9% est attendu. La croissance devrait reprendre dans la seconde moitié de l'année prochaine.

"Une lueur d'espoir se dessine à l'horizon", a affirmé aujourd'hui à Zurich le responsable du tourisme au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), Richard Kämpf. Selon les projections calculées par l'institut conjoncturel BAKBASEL pour le SECO, un revirement de tendance est attendu pour le second semestre de 2013.

La croissance devrait se confirmer avec une hausse de 1,8% des nuitées en 2014 et même de 2,8% pour 2015. Les prévisions tablent sur une relance de la conjoncture dans la zone euro et une détente sur le front des devises. Par ailleurs, la clientèle asiatique devrait poursuivre sa progression.

Mais il faudra attendre encore longtemps avant de retrouver le niveau d'avant la crise, avertit le SECO. L'année qui se termine a été catastrophique pour le tourisme alpin. Les nuitées y sont pratiquement rejoint le plus bas enregistré en 1996/97.

Eté maussade

La crise et le francs fort ont aussi grandement pesé sur les mois d'été. Les nuitées ont baissé de 3,1% par rapport à la saison 2011. La Suisse a principalement été boudée par les touristes d'Europe occidentale. La météo maussade a par ailleurs refroidi plus d'un vacancier indigène.

Pour cet hiver en revanche, les touristes suisses devraient être au rendez-vous, selon les chiffres de BAKBASEL. La demande domestique devrait afficher une hausse de 0,2%, alors que la clientèle étrangère se montrera encore frileuse (-1,8%).

Les stations font de gros efforts. La plupart des hôtels et des remontées mécaniques ont renoncé à augmenter leurs prix, souligne Suisse Tourisme. De nombreux hôtels offrent en outre des forfaits de ski gratuitement à leurs clients.

Alternatives au ski

Afin de s'assurer un avenir durable, le tourisme d'hiver doit se réorienter, estime Jürg Schmid, directeur de Suisse Tourisme. Il s'agit notamment de séduire la clientèle qui ne fait pas de sport d'hiver.

Avec le vieillissement de la société et les nouveaux marchés qui s'intéressent à la Suisse, cette clientèle est de plus en plus nombreuse. Pour ce faire, Suisse Tourisme met particulièrement en avant les alternatives au ski, comme par exemple les offres bien-être.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS