Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins quatre personnes ont été retrouvées mortes et 49 portées disparues après le naufrage d'une plateforme pétrolière dimanche en mer d'Okhotsk, en Extrême-orient russe. Il reste peu d'espoir de retrouver des survivants dans une eau à -3 degrés.

La plateforme Kolskoya sur laquelle travaillaient 67 personnes se trouvait à 200 kilomètres du rivage lorsque l'accident s'est produit en raison de vents violents et par une température de -17 degrés.

Pour le moment quatorze personnes ont été secourues, certaines dans un état préoccupant, et quatre corps ont été retrouvés. Les secours ont cependant été incapables de les sortir de l'eau en raison des conditions locales, selon l'Agence fédérale du transport maritime et fluvial.

Les recherches pour tenter de retrouver les disparus ont été interrompues par la tombée de la nuit alors que deux hélicoptères et un avion survolaient toujours la zone, a précisé l'agence Interfax citant un responsable local.

Vagues de quatre mètres

La plateforme tirée par un remorqueur et un brise glace faisait route de la péninsule du Kamtchatka vers l'île de Sakaline lorsqu'elle a été complètement submergée. Deux de ses canots de sauvetage ont été retrouvés sans personne à bord.

Le travail des équipes de secours a été compliqué par des vents violents et des vagues de quatre mètres. "Les hublots étaient endommagées par la glace et les vagues, et l'eau envahissait le bâtiment", a précisé un porte-parole du ministère. Le personnel à bord attendait d'être évacuée par hélicoptère mais la plateforme a chaviré puis sombré avant que les sauveteurs puissent accoster.

Enquête lancée

Une enquête a été lancée sur les circonstances de l'accident et pour rechercher d'éventuelles violations des règles de sécurité, selon un communiqué des autorités.

La plateforme effectuait une mission de prospection dans l'ouest du Kamtchatka pour la compagnie Gazflot, une filiale de Gazprom.

ATS