Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une vingtaine d'opposants russes ont été interpellés mardi matin devant la Douma (chambre basse du Parlement). Ils manifestaient contre un projet de loi augmentant considérablement les amendes visant les participants et organisateurs d'actions de protestation.

"Environ vingt personnes, dont Sergueï Mitrokhine (le chef du parti d'opposition Iabloko) ont été interpellées pour avoir organisé une action non autorisée devant la Douma", a indiqué la police de Moscou. "Je vois ça comme une illustration de l'arbitraire de la police", a dénoncé M. Mitrokhine à l'antenne de la radio Echo de Moscou.

Les protestataires s'étaient rassemblés pour dénoncer l'examen mardi en deuxième lecture d'un projet de loi qu'ils considèrent comme étant une atteinte à la liberté de manifester.

Contestation sans précédent

Ce texte, proposé par le parti du pouvoir Russie unie, prévoit des amendes considérables pour les participants et organisateurs de rassemblements non autorisés ou en cas de troubles à l'ordre public lors de manifestations ayant reçu l'aval des autorités.

La victoire avec près de 50% des suffrages de Russie unie aux législatives de décembre, obtenue selon l'opposition et des observateurs au prix de fraudes massives, a déclenché une vague sans précédent de contestation ces derniers mois contre le régime de Vladimir Poutine, réélu à la présidence en mars.

Le 6 mai, veille de son investiture au Kremlin, des centaines de manifestants ont été interpellés à l'issue d'affrontements avec la police. Le prochain grand rassemblement de l'opposition est prévu le 12 juin.

ATS