Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux membres du groupe punk Pussy Riot ont fui la Russie afin d'échapper à des poursuites pour leur participation à une manifestation anti-Poutine en février à Moscou, a annoncé le groupe dimanche. Elles préparent de "nouvelles actions".

Trois chanteuses du groupe ont été condamnées le 17 août à deux ans de prison pour avoir entonné un simulacre de prière hostile au président Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur. Elles ont été reconnues coupables de vandalisme motivé par la haine religieuse - sanction qui a valu au Kremlin de nombreuses critiques à l'étranger.

La police moscovite a annoncé cette semaine qu'elle était à la recherche d'autres membres du groupe. "Deux de nos membres ont réussi à fuir le pays et à échapper aux recherches. Elle travaillent à recruter des féministes à l'étranger en vue de nouvelles actions", indique le groupe sur son compte Twitter.

Discrétion

Le mari de l'une des membres du groupe, Nadeja Tolokonnikova, a précisé à Reuters que ces deux personnes avaient participé à la manifestation dans la cathédrale Christ-Sauveur. "Elles se font discrètes pour le moment car la police de Moscou les recherche. Elle se trouvent dans un endroit sûr où la police russe ne pourra pas les atteindre", a-t-il dit.

"Mais vous ne devez pas oublier que douze ou quatorze membres se trouvent encore en Russie et qu'elles continuent à participer activement à la vie du groupe", a ajouté Piotr Verzilov, joint au téléphone.

Pour le Kremlin, les critiques exprimées par les pays occidentaux mais aussi par des artistes comme Madonna ou Sting obéissent à des motifs politiques.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS