Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le plus célèbre théâtre russe, le Bolchoï, a rouvert ses portes vendredi à Moscou avec une soirée de gala retransmise en direct dans 36 pays et devant un parterre d'invités de marque. Cette soirée marque la fin de gigantesques travaux qui ont redonné au bâtiment son lustre impérial.

Le président russe, Dmitri Medvedev, s'est exprimé avant le lever de rideau peu après 17h00 (heure suisse), célébrant "l'une des plus grandes images de marque du pays" dans une brève allocution sur la scène du théâtre.

Les premiers sons à retentir dans la salle resplendissante d'or et de velours rouge n'étaient pas des notes de musique mais, de manière surprenante, des grincements d'engins de chantier et des crissements de pneus, évoquant les années de rénovation du bâtiment historique.

Concert en bleu de travail

Le gala s'est ouvert par un concert chanté par la troupe du Bolchoï vêtue de costumes pour le moins particulier - bleus de travail et casques de chantier blancs et oranges - suivi, de manière plus classique, d'un ballet de danseuses en tutu.

Un diaporama historique sur ce théâtre fondé en 1776 et qui a été la gloire de la culture russe sous tous les régimes a également été diffusé.

L'ouverture de la scène historique, initialement prévue pour 2008, a été à maintes reprises reportée et les travaux ont été marqués par des scandales de corruption.

Blancs d'oeufs et vodka

La reconstruction, dont le coût officiel s'élève à 21 milliards de roubles (près de 604 millions de francs), visait d'une part à stabiliser le théâtre, délabré à 70% et qui risquait de s'effondrer, et d'autre part à lui redonner l'aspect qu'il avait au XIXe siècle, au temps de sa splendeur.

Les armoiries de la famille Romanov sont ainsi réapparues sur les tapisseries du Foyer impérial où elles avaient été recouvertes de globes terrestres ou de lyres à l'époque soviétique.

Les dorures de la salle, abîmées par un mauvais entretien à l'époque soviétique, ont été refaites à l'ancienne: sept couches ont été posées successivement, avec la base traditionnelle de blancs d'oeufs, puis nettoyées à la vodka et enfin polies avec des queues d'écureuils.

ATS