Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Moscou - Les pertes économiques dues aux incendies qui ont ravagé la Russie cette année s'élèvent à au moins 300 milliards de dollars, ont estimé jeudi des écologistes russes. Les ONG de défense de l'environnement ont aussi accusé les autorités de minimiser l'ampleur du désastre.
Le directeur du Centre russe pour la préservation de la nature, Alexeï Zimenko, a indiqué que le coût des incendies s'élevait à une moyenne de 25'000 dollars par hectare. Or, selon le Centre mondial de surveillance des feux, un organisme lié à l'ONU, entre 10 et 12 millions d'hectares sont partis en fumée depuis le début de l'année.
"Ces chiffres sont astronomiques", a relevé M. Zimenko au cours d'une conférence de presse, expliquant que ce calcul prenait en compte le coût de la reforestation et celui de la valeur de marché du bois perdu, mais pas les pertes écologiques, à savoir la destruction d'écosystèmes et d'animaux.
Dégâts minimisés de 3 à 10 fois"Malheureusement, les données officielles minimisent de trois à dix fois l'ampleur des incendies", ont déclaré dans un communiqué commun l'organisation de M. Zimenko, Greenpeace Russie et le WWF.
"Les dégâts colossaux infligés à la nature sur ces territoires et à l'économie du pays ne sont pratiquement pas pris en compte", relèvent-elles.
Selon le ministère russe des Situations d'urgence, environ un million d'hectares ont été ravagés par les incendies, alors que la Russie a connu cette année une canicule et une sécheresse d'une rare intensité.
Des économistes avaient déjà jugé que cette catastrophe naturelle allait coûter à la Russie entre 0,5 et 1% de son Produit intérieur brut, soit entre sept et quinze milliards de dollars.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS