Toute l'actu en bref

A Moscou, plus de 200 personnes ont marché dans le calme jusqu'aux bâtiments de l'administration présidentielle, dans le centre de la capitale russe.

Keystone/AP/IVAN SEKRETAREV

(sda-ats)

Des centaines de Russes ont manifesté samedi contre un éventuel nouveau mandat du président Vladimir Poutine. Ils ont bravé l'interdiction des autorités dans plusieurs villes de Russie, dont Saint-Pétersbourg où la police a arrêté une centaine de personnes.

Réunis sous le slogan "Nadoïel" (Nous en avons assez de lui) faisant référence au président russe, les manifestants ont répondu à l'appel du mouvement Open Russia, fondé par l'opposant russe en exil et ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski.

A Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie, plus de 110 manifestants ont été arrêtés, selon l'organisation OVD-Info, spécialisée dans la surveillance des manifestations, qui avait estimé dans un précédent décompte que 120 personnes avaient été arrêtées.

"Les policiers ont mis fin aux actions (...) de 100 personnes qui persistaient à troubler l'ordre public", a déclaré de son côté la police de Saint-Pétersbourg, sans préciser si cela signifiait qu'elles avaient été arrêtées.

Selon une journaliste de l'AFP sur place, plus de 200 personnes s'étaient réunies dans le centre de l'ancienne cité impériale, malgré l'interdiction des autorités locales.

Un quatrième mandat de Poutine?

A Moscou, plus de 200 personnes ont marché dans le calme jusqu'aux bâtiments de l'administration présidentielle, dans le centre de la capitale, afin d'y remettre des pétitions, selon des journalistes de l'AFP sur place. Aucune infraction à la loi n'a eu lieu, a affirmé dans un communiqué le ministère de l'Intérieur, qui a estimé à environ 250 le nombre de manifestants.

L'appel à manifester d'Open Russia a été suivi dans d'autres villes de Russie, dont Toula, à 200 km au sud de Moscou, où près de 20 personnes ont été arrêtées, selon OVD-Info. Seize personnes ont aussi été arrêtées à Kérémovo, en Sibérie, d'après la même source.

Le président russe n'a ni confirmé ni infirmé sa participation aux élections présidentielles prévues en mars 2018. S'il présente sa candidature, Vladimir Poutine briguera alors son quatrième mandat.

Déjà il y a un mois

Plus d'un millier de personnes avaient été arrêtées le 26 mars à Moscou lors de rassemblements de l'opposition pour la plupart interdits par les autorités, qui avaient réuni des dizaines de milliers de personnes à travers le pays.

Une semaine après, le 2 avril, la police russe avait aussi arrêté plusieurs dizaines de manifestants d'opposition ayant à nouveau tenté de manifester à Moscou.

ATS

 Toute l'actu en bref