Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Moscou - Le président russe Dmitri Medvedev a décoré lundi au Kremlin les espions russes expulsés en juillet des Etats-Unis dans un épisode digne de la guerre froide. Il a ainsi marqué de manière démonstrative l'ambition du pays de tenir son rang malgré l'échec des services secrets.
Ces dix agents avaient été expulsés vers Moscou contre la libération de quatre prisonniers russes accusés d'espionnage au profit des Occidentaux.
Ce parfum de guerre froide avait été encore renforcé par le choix, pour l'échange de prisonniers, de Vienne, déjà capitale du renseignement du temps de la rivalité américano-soviétique.
Ce dossier diplomatique épineux avait fait la Une des médias mondiaux qui s'inquiétaient pour l'avenir de la relance des relations russo-américaines initiée par les présidents Medvedev et Barack Obama.
Les journaux russes avaient notamment moqué le manque de discrétion de ces espions, dont certains se fréquentaient. D'autres parlent anglais avec un accent russe et utilisaient des moyens de communication archaïques comme le code Morse et l'encre invisible.
La presse populaire s'était pour sa part concentrée sur les frasques privées de l'une des agents du SVR, la belle rousse Anna Chapman, une Russe ayant obtenu la nationalité britannique par mariage et dont les photographies dénudées avaient été largement diffusées par son ex-mari.
Des commentateurs en Russie avaient vu dans cette affaire le déclin des services de renseignement du pays, ces espions n'ayant collecté aucune information de valeur, selon les enquêteurs américains et les experts en Russie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS