Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de manifestants se sont réunis dimanche dans une banlieue de Moscou pour protester contre le pouvoir, premier rassemblement autorisé depuis un an et demi. L'opposant Alexeï Navalny a dit être persuadé que "le changement est possible" en Russie.

Organisée à l'initiative du blogueur et opposant Alexeï Navalny, l'une des principales figures de l'opposition, la manifestation avait été autorisée par la mairie de Moscou. Mais elle a été exilée dans une banlieue du sud-est de la capitale moscovite, à 15 kilomètres du centre-ville, et soumise à un important dispositif de sécurité.

Portant des drapeaux aux couleurs de la Russie, les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles était inscrit "Qui a tué Nemtsov?", "La propagande tue" ou "Arrêtez de mentir, arrêtez de voler".

Jusqu'à 7000 personnes

"Les gens qui sont ici sont ceux qui croient en quelque chose de meilleur. Nous ne luttons pas contre (le président Vladimir, NDLR) Poutine, mais contre les gens qui ne croient pas qu'il est possible de changer quelque chose. Le changement est possible et nous y arriverons", a souligné Alexeï Navalny, arrivé sur scène en dernier.

"Je n'ai pas d'autre objectif que de garder ma dignité. Restons des personnes honnêtes!", a dit l'opposant numéro un du Kremlin.

Selon la police de Moscou, citée par l'agence de presse publique russe Ria Novosti, la manifestation a attiré 4000 personnes. Les organisateurs ont de leur côté évoqué à l'AFP 7000 manifestants.

"Nous exigeons le droit à participer aux élections. Nous exigeons la fin des guerres, l'abolition de la censure, la libération des prisonniers politiques et la lutte contre la corruption", avaient indiqué récemment les organisateurs de la manifestation.

Scrutin jugé frauduleux

Sur la scène établie à la fin du parcours, l'un des leaders du mouvement d'opposition Solidarnost, Ilia Iachine, proche de l'opposant Boris Nemtsov assassiné au pied du Kremlin fin février, a répété qu'il n'était pas question de "quitter la Russie".

"Ce n'est pas vrai que les gens soutiennent partout le pouvoir! Ils veulent avoir des alternatives, ils sont prêts à voter pour des gens nouveaux", a de son côté affirmé un candidat de l'opposition aux élections législatives Sergueï Boïko.

Cette manifestation de l'opposition était la première autorisée à Moscou depuis plus d'un an et demi. Elle est intervenue une semaine après des élections régionales qui ont confirmé l'emprise du parti pro-Kremlin Russie unie mais que les opposants, quasiment exclus du scrutin, estiment entachées de fraudes.

Début mars, une grande marche à laquelle avaient pris part plus de 70'000 personnes avait toutefois été organisée à Moscou en hommage à Boris Nemtsov, assassiné quelques jours plus tôt.

ATS