Toute l'actu en bref

L'ancienne présidente de la Confédération Ruth Dreifuss est en Thaïlande où elle a plaidé pour une décriminalisation des drogues. Aujourd'hui présidente de la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues, elle se rendra jeudi en Birmanie.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

L'ancienne présidente de la Confédération Ruth Dreifuss est en Thaïlande où elle a plaidé pour une décriminalisation des drogues. Aujourd'hui présidente de la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues, elle se rendra jeudi en Birmanie.

En Thaïlande, elle a discuté avec le vice-ministre de l'Intérieur et un dirigeant des autorités locales. Elle a visité une ONG et a rencontré des institutions qui offrent des traitements ou des mesures de réduction des nuisances, a indiqué la Commission mondiale établie à Genève. Mercredi, elle doit discuter avec les ministres de la justice et des Affaires étrangères.

Mme Dreifuss a salué l'élargissement des opportunités économiques pour les personnes qui ont pu renoncer aux cultures illégales. Mais elle a aussi dénoncé la répression des consommateurs. Cette politique a eu des conséquences sur les centres de détention et sur la santé de ces personnes "sans réduire la présence des drogues", a dit Mme Dreifuss.

Réformes en Thaïlande et en Birmanie

Mais la Commission mondiale en matière de drogues soutient les efforts récents du gouvernement thaïlandais. Les autorités ont décidé cette année de réformer leurs lois en matière de drogues.

Un amendement a été adopté pour ne plus considérer systématiquement comme trafiquant une personne qui serait retrouvée avec la drogue. Le gouvernement a aussi réduit les sanctions et ouvert une discussion pour mettre un terme au traitement imposé aux consommateurs et trouver des mesures plus efficaces contre les métamphétamines.

Jeudi, Mme Dreifuss doit entamer une visite de trois jours en Birmanie. Ce pays a lancé un processus de réformes de sa politique contre les drogues, mais aucun changement important n'a été observé, selon la Commission. Mme Dreifuss doit participer à une discussion organisée avec une ONG et rencontrer plusieurs ministres.

ATS

 Toute l'actu en bref