Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Arabie saoudite va permettre aux veuves et aux divorcées de prendre en main seules les affaires domestiques et familiales, rapporte mercredi un quotidien d'Etat. Les divorcées doivent jusqu'ici obtenir l'accord de leur ex-époux pour effectuer des démarches basiques.

Cette réforme est présentée comme une étape majeure pour les droits des femmes, encore soumises à une tutelle familiale masculine.

Sous le règne du roi Abdallah, auquel a succédé le roi Salman, le royaume a mis en oeuvre quelques réformes pour faire progresser les droits des femmes, qui restent toutefois strictement encadrés. Les tentatives de réformes se heurtent à la résistance du pouvoir religieux et à l'ultraconservatisme de la société saoudienne.

Carte d'identité

Selon le quotidien Al Riyadh, des cartes d'identité vont être désormais accordées aux divorcées et aux veuves, ce qui leur permettra d'obtenir des documents officiels, d'inscrire leurs enfants à l'école et de prendre des décisions médicales.

Le journal ne donne aucune indication sur la date d'entrée en vigueur de cette réforme.

Pour l'instant, les femmes divorcées doivent obtenir l'accord de leur ancien époux pour effectuer des démarches basiques. Faute d'accord, elles doivent saisir la justice. Les dossiers familiaux représentent 65% de l'activité de la justice saoudienne, particulièrement engorgée.

Mineures à vie

L'Arabie saoudite est le seul pays du monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire et où elles sont sous la tutelle d'un tuteur, le plus souvent leur père, leur mari ou leur frère, qui prend les décisions sur les principaux aspects de leur vie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS