Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ryanair ne disposera plus que de 24 avions à l'aéroport de Dublin - ici à l'image - contre 30 jusqu'à présent, ce qui pourrait entraîner des pertes d'emplois pour 100 pilotes et 200 membres du personnel de cabine (archives).

KEYSTONE/EPA/STR

(sda-ats)

La compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair a annoncé mercredi la réduction de 20% de sa flotte à Dublin cet hiver. Le transporteur à bas coûts a motivé la décision qui menace 300 emplois par des baisses des réservations du fait des grèves de pilotes dans le pays.

Ryanair ne disposera plus que de 24 avions à Dublin, contre 30 jusqu'à présent, ce qui pourrait entraîner des pertes d'emplois pour 100 pilotes et 200 membres du personnel de cabine, selon un communiqué. Le groupe ajoute vouloir donner la priorité à ses activités en Pologne, Ryanair Sun, qui sont en plein essor.

Ryanair a justifié sa décision par les mouvements sociaux qu'il a connu à Dublin avec la récente grève sur trois jours d'une partie de ses pilotes. De plus, un autre mouvement social mené par le personnel de cabine débute mercredi dans plusieurs pays d'Europe.

Malaise social

La compagnie met ainsi sa menace à exécution après avoir averti lors de la présentation de ses résultats trimestriels lundi, marqués par une baisse de son bénéfice net, que les grèves pourraient le contraindre à revoir ses prévisions de trafic pour l'hiver, avec à la clé moins d'avions et des pertes d'emplois.

Le groupe "a décidé d'allouer plus d'avions sur les marchés où nous connaissons une forte croissance (comme la Pologne)", explique le directeur opérationnel Peter Bellew, cité dans le communiqué. Selon lui, "cela passera par une réduction du nombre d'appareils et des suppressions d'emplois dans les marchés où notre activité s'est affaiblie".

Ryanair explique avoir observé une baisse des réservations et des prix en Irlande, en partie en raison des grèves récentes des pilotes irlandais, qui ont selon le groupe plombé la confiance des clients dans la fiabilité de ses programmes de vols. La compagnie s'attend à fermer peu de destinations proposées à Dublin mais va plutôt réduire la fréquence des vols.

Sur le volet social, Ryanair dit avoir prévenu plus de 100 pilotes et 200 personnels de cabine que leurs services pourraient ne plus être nécessaires à partir du 28 octobre. Elle ajoute que d'éventuels licenciement seront déterminés en fonction de plusieurs facteurs comme la productivité et les demandes de transferts vers d'autres bases. Ryanair va proposer des emplois en Pologne et peut-être sur d'autres bases.

Cette décision est annoncée au sortir d'une grève qui s'est déroulée sur trois jours depuis la mi-juillet en Irlande par des pilotes réclamant de meilleures conditions de travail. Ryanair, qui ne cesse de fustiger les motifs des grèves, fait face en outre mercredi et jeudi à une action de plus grande ampleur du personnel de cabine de la compagnie en Espagne, au Portugal, en Belgique et en Italie, avec 600 vols annulés, affectant 100'000 passagers.

Multiplication des grèves

Les grèves se multiplient au sein du personnel de Ryanair, alors qu'elles avaient été quasi-inexistantes depuis la création de la compagnie au milieu des années 1980. Le transporteur a longtemps refusé de reconnaître les syndicats, mais a pris un virage à 180 degrés en fin d'année dernière en entamant des négociations avec des syndicats dans plusieurs pays.

La compagnie à bas coûts est parvenue à signer des accords avec plusieurs syndicats mais les discussions restent difficiles dans plusieurs pays. Le malaise social à l'intérieur de la compagnie avait éclaté au grand jour avec une crise à l'automne dernier lorsque Ryanair avait dû annuler plusieurs milliers de vols du fait d'un problème de planning de ses pilotes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS