Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si le niveau d'un cours d'eau devient trop bas ou sa température trop haute, les poissons peuvent être déplacés par les autorités cantonales vers un lieu plus sûr. Ici des truites brunes ont été déplacées la semaine passée dans le canton de Lucerne (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Si le temps sec et chaud réjouit les vacanciers, il continue en revanche de peser sur l'environnement. Conséquences: des cours d'eau en dessous de la moyenne, particulièrement en Suisse centrale et orientale, et un danger d'incendie de forêt marqué à fort.

De nombreux cours d'eau de petite et moyenne taille présentent un faible débit qui n'apparaît que tous les deux à cinq ans, indique l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) sur son site internet. Le débit des cours d'eau plus importants se trouve également amaigri.

L'Aar, la Reuss, la Limmat et le Rhin supérieur affichent même des valeurs proches de leur niveau saisonnier le plus bas, précise l'OFEV. Les précipitations du week-end dernier n'ont pas permis d'inverser la tendance.

Elles ont en revanche contribué à augmenter "légèrement et brièvement" les niveaux des cours d'eau, note l'OFEV dans son dernier bulletin hydrologique. Ainsi, les valeurs mesurées dans l'ouest de la Suisse et en Valais correspondent en partie aux moyennes saisonnières.

Utilisation des réserves

Du côté des lacs, la situation est plus nuancée. Les lacs du pied du Jura, Léman, de Thoune et Majeur affichent des niveaux conformes à la moyenne. A l'inverse, les lacs de Constance, des Quatre-Cantons, de Walenstadt, de Zurich et de Zoug "cotent particulièrement bas".

La Suisse ne devrait toutefois pas connaître une pénurie à large échelle, rassure l'OFEV. Environ 80% de l'eau potable en Suisse provient des eaux souterraines, qui ne réagissent qu'après des semaines voire des mois à un épisode de sécheresse, explique l'office. Et de préciser qu'actuellement les réserves sont utilisées intensément pour répondre aux différents besoins, que ce soit pour l'eau potable, l'industrie, l'agriculture, la production d'énergie ou les loisirs.

Interdiction de pompage

La situation a poussé plusieurs cantons à prononcer une interdiction de pompage dans les cours d'eau. En Thurgovie par exemple, il est interdit de pomper dans les eaux de surface depuis plus d'une semaine. Le lac de Constance et le Rhin ne sont pas concernés pour l'instant.

Le canton de Vaud a également émis une interdiction générale de pompage dans les rivières. Des dérogations sont toutefois accordées pour certains cours d'eau dont le débit le permet. Une interdiction est aussi en vigueur dans le canton de Fribourg. Toutefois, en raison des précipitations de ces derniers jours, ce dernier autorise "temporairement" les prélèvements dans les eaux superficielles, à l'exception de trois cours d'eau.

Fonte des glaciers

A l'inverse des cours d'eau de plaine, ceux des Alpes pourraient voir leur débit augmenter à cause de la fonte des glaciers. Cette dernière sera intense en raison des fortes chaleurs, peut-on lire dans le dernier bulletin hydrologique.

Le temps sec n'a pas seulement un impact sur le débit des cours d'eau mais aussi sur leur température, qui prend l'ascenseur d'autant plus facilement lorsque les rives ne sont pas boisées et qu'il n'y a pas d'ombre. Une eau plus chaude peut provoquer des symptômes de stress chez les poissons, augmenter le risque de maladies voire causer leur mort, relève l'OFEV.

Dans la région bâloise, les autorités ont commencé à évacuer les poissons - principalement des truites - de cours d'eau présentant un niveau particulièrement bas. Les animaux sont relocalisés dans un endroit plus sûr.

Danger d'incendie marqué

Le manque de précipitations se fait également sentir en forêt, où le risque d'incendie reste marqué à fort (niveaux 3 et 4 sur 5) dans la plupart des régions de Suisse. Les zones les plus à risque se situent au sud des Alpes ainsi que dans les cantons des Grisons, de Thurgovie et de St-Gall.

Les cantons du Valais et du Tessin ont ainsi décrété une interdiction absolue de faire du feu en plein air. Une telle interdiction est également en vigueur dans les Grisons dans les communes situées au sud des Alpes. Sur le reste du territoire cantonal, c'est une interdiction de faire du feu en forêt ou à proximité qui prévaut.

Le canton de St-Gall a aussi décrété une telle interdiction mardi. En Thurgovie, elle entrera en vigueur vendredi. Le canton de Fribourg a, lui, lancé mardi un appel à la prudence, une mise en garde déjà lancée par de nombreux cantons dont Berne, Jura et Vaud.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS