Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses restent sceptiques sur l'évolution du monde. Mais ils sont optimistes pour l'avenir de leur pays et font de plus en plus confiance à leurs autorités, police en tête, révèle le sondage annuel de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich publié vendredi.

Pour la première fois, les Romands et les Tessinois se sentent un peu moins en sécurité que les Alémaniques alors que la tendance était inverse dans les années 1990 avant une disparition de la distinction. Mais neuf Suisses sur dix s'estiment en sécurité.

Les autorités ont leur soutien aux mesures pour renforcer la sécurité intérieure. Si la majorité des sondés rejettent une augmentation des écoutes téléphoniques ou la surveillance des ordinateurs privés, plus de huit sur dix trouvent la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme importante, ils veulent une répression du hooliganisme et davantage de présence policière.

Le contrôle des étrangers recueille également l'adhésion de 77% des sondés, en progression de 11%. Moins les gens sont concernés, plus ils approuvent les mesures, a expliqué à la presse Tibor Szircsev Tresch, l'un des auteurs de l'étude.

Armée peu préoccupante

Près de 80% des Suisses sont également favorables à ce que l'armée assure l'ordre public si la police est dépassée. L'institution militaire n'a pas vraiment souffert des polémiques sur les avions de combat, son budget et son avenir: trois quarts des citoyens pensent qu'elle est nécessaire et ils ne sont plus que 7% à estimer qu'elle manque d'argent.

Selon les auteurs de l'étude, l'armée ne figure toutefois pas au premier rang des préoccupations des citoyens et elle est méconnue.

En matière de politique extérieure, la volonté d'adhésion à l'Union européenne ne tente plus que 17% de citoyens, une proportion jamais aussi basse et en baisse de quasi moitié depuis 2010. Quatre personnes sur cinq préfèrent l'"approche pragmatique" d'une collaboration bilatérale purement économique.

La population veut conserver son autonomie: la neutralité est plébiscitée par plus de neuf sondés sur dix.

ATS