Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les vieux murs de la ville sainte sous haute protection depuis vendredi

KEYSTONE/AP/MAHMOUD ILLEAN

(sda-ats)

La vieille ville de Jérusalem a pris samedi des allures de forteresse avec une partie de ses portes sous contrôle strict et l'accès à l'esplanade des Mosquées interdit. Les lieux ont été ultra-sécurisés après l'attaque de la veille.

L'esplanade sera rouverte dimanche, a annoncé samedi soir un communiqué du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. "Il a été décidé de rouvrir le Mont du Temple (l'esplanade des Mosquées) progressivement demain (dimanche) pour les fidèles, les visiteurs et les touristes", a ajouté le communiqué.

Immédiatement après l'attentat de vendredi au cours duquel trois Arabes israéliens ont tué par balles deux policiers israéliens, avant d'être abattus sur l'esplanade des Mosquées, les autorités israéliennes ont exceptionnellement interdit l'accès de l'esplanade.

Les forces de l'ordre ont mis en place un dispositif impressionnant. Des barrières ont été installées pour empêcher les voitures et les piétons de s'approcher de la porte de Damas. Seuls ceux qui disposent de papiers d'identité prouvant qu'ils résident dans la vieille ville de Jérusalem ont pu passer.

"Il ne s'agit pas de sécurité. Ils veulent punir les citoyens arabes de Jérusalem", s'insurge un Palestinien sur place, qui a tenté sans succès de rejoindre son lieu de travail. "Cette mosquée n'est pas seulement destinée aux musulmans. Des touristes s'y rendent. Cette ville appartient au monde. Elle doit être ouverte", s'insurge un libraire.

La porte de Jaffa était en revanche ouverte sous une très haute surveillance policière. A la porte des Lions, soit à l'endroit où l'attaque a eu lieu vendredi, la police contrôlait les cartes d'identité et les passeports.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a donné instruction de "renforcer de façon significative les arrangements de sécurité autour des voies d'accès au Mont du Temple". La fermeture de l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam, avait été dénoncée par les Palestiniens et dans le monde musulman.

ATS