Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux ans après le tremblement de terre qui a dévasté l'île d'Haïti, les oeuvres d'entraide suisses sont toujours nombreuses à s'engager sur place pour la reconstruction. Plus de la moitié des 66 millions de francs récoltés en Suisse par la Chaîne du Bonheur ont pu être investis dans 50 projets.

Vingt-deux projets sont en voie de réalisation et 28 ont pu être complétés, pour un investissement total de 36 millions de francs, indique la Chaîne du Bonheur (CDB), dans un bilan publié fin 2011. Seize organisations suisses d'entraide travaillent à leur réalisation, et plus d'un demi-million de personnes en bénéficient.

Après des débuts difficiles, "l'aide humanitaire progresse et son action porte ses fruits", se réjouit l'organisme de financement.

L'aide d'urgence et la lutte contre l'épidémie de choléra qui a frappé l'île des Caraïbes dès la fin 2010 ont nécessité un quart des fonds alloués. La part du lion - pas loin de 27 millions de francs - va à la réhabilitation: construction de maisons, réparation et soutien des écoles, assainissement de réservoirs d'eau, pour ne citer que quelques projets.

Aide fédérale

Le 31 mars 2010, Berne annonçait allouer 36 millions de francs d'aide fédérale à l'effort de reconstruction de ce pays pauvre des Caraïbes. Après une opération d'aide d'urgence d'une ampleur sans précédent, la Direction du développement et de la coopération (DDC) s'affaire maintenant prioritairement à la reconstruction d'écoles et d'infrastructures médicales, comme elle l'explique sur son site Internet.

Autour de 250'000 personnes ont trouvé la mort dans le séisme de magnitude 7 qui a dévasté la capitale haïtienne et ses environs le 12 janvier 2010. La catastrophe a également fait près d'1,5 million de sans-abri, dans ce pays de dix millions d'habitants. L'épidémie de choléra qui a suivi a fait plus de 6500 victimes, selon l'ONU.

Elu en mars, ce n'est qu'à l'automne 2011 que le président Michel Martelly et son nouveau gouvernement ont "pris les choses en mains et commencé à chercher des solutions", selon l'organisation.

ATS