Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vingt jeunes gardes suisses du Vatican se sont mis pour quelques jours au service de la population d'Emilie-Romagne, durement touchée par une série de séismes depuis deux semaines. Ils seront affectés essentiellement à la surveillance des infrastructures médicales.

Mais "des tâches plus dures" ne manqueront pas, souligne le vice-commandant du corps de la Garde suisse pontificale, le colonel Christoph Graf, dans les colonnes de l'"Osservatore Romano". Les jeunes gens pourront mettre leurs talents de charpentiers, cuisiniers, agriculteurs, mécaniciens ou électriciens au profit des victimes de la vague de secousses sismiques.

Les gardes suisses ont profité de l'absence du pape, qui séjourne à Milan, pour se mettre à disposition des services d'aide. Les jeunes gens seront à l'oeuvre dans les localités de Carpi et Mirandola, précise encore le colonel Graf, saluant cet "acte spontané de solidarité".

Initiative auto-financée

L'initiative a été auto-financée par les gardes eux-mêmes sans que la caisse des Gardes suisses leur versent de l'argent, et les jeunes recrues sont toutes volontaires, renonçant librement à leur temps libre.

Ils ont laissé au vestiaire leur casque, leur beau costume de la Renaissance et leur hallebarde et sont partis samedi matin en civil pour aider les populations de Carpi et Mirandola jusqu'à lundi.

Des membres du corps "connaissaient l'actuel évêque de Carpi, Mgr Francesco Cavina, qui avait travaillé à la Secrétairerie d'Etat. Ils ont proposé de se mettre à sa disposition pour quelques jours.

Avec la permission de l'archevêque Angelo Becciu, substitut (à la Secrétairerie d'Etat, numéro trois du Vatican) et en accord avec le commandant Daniel Rudolf Anrig (chef des gardes suisses), les contacts ont été pris", a expliqué au journal un officier de la plus petite armée du monde.

ATS