Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'état de catastrophe naturelle a été proclamé mardi dans la région du nord-est de l'Italie frappée par le séisme de dimanche, où le chef du gouvernement a été conspué. Plus de 5000 personnes, sans toit ou réticentes à l'idée de rentrer chez elles, sont hébergées dans des campements de fortune.

Le conseil des ministres, réuni dans l'après-midi à Rome, a décrété pour une durée de 60 jours l'état de catastrophe naturelle dans la zone située entre Modène et Ferrare. L'objectif est d'accélérer les procédures administratives pour la reconstruction et l'aide aux sinistrés.

Il a aussi affecté 50 millions d'euros dans un premier temps aux opérations d'aide et d'assistance dans cette zone, selon un communiqué du gouvernement italien. En outre, les propriétaires d'habitations et d'entreprises endommagées dans cette zone seront provisoirement exonérés de la taxe immobilière.

"Voleurs, honte à vous"

Le chef du gouvernement italien Mario Monti s'est rendu mardi sur les lieux du séisme qui a violemment touché la bourgade de Sant'Agostino. Venu exprimer la solidarité du gouvernement, il a été copieusement hué et sifflé par une dizaine de personnes de ce village.

Ces personnes l'ont pris à partie pour contester le niveau élevé des taxes et impôts dans le pays, entré en récession depuis la fin 2011, et auquel M. Monti a imposé une sévère cure d'austérité, selon plusieurs médias italiens.

Nuit d'angoisse

Les quelque 5000 personnes hébergées dans des gymnases ou des campements de fortune depuis le séisme de dimanche dans le nord-est de l'Italie ont passé une deuxième nuit d'angoisse. Nombreux sont les évacués qui ont passé toute la nuit dans leurs voitures.

Un total de 34 secousses de magnitude supérieure à 2 ont été enregistrées entre 22h00 et 07h00 mardi. Une seule a dépassé la magnitude 3, s'établissant à 3,2 à 03h55, selon l'Institut de géophysique italien (Ingv).

Selon les secours, aucun effondrement majeur n'a été enregistré toutefois pendant la nuit, pas même dans la "zone rouge" de Finale Emilia, le village à l'épicentre du fort séisme qui s'est produit vers 04h00 du matin dimanche (magnitude 6), suivi dans l'après-midi d'une importante réplique (5,1).

ATS