Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a admis mercredi "des manquements" dans l'acheminement des premiers secours aux victimes du séisme de Van. Son gouvernement a accepté l'aide étrangère et la situation semble désormais sous contrôle. Des camions d'aide du Croisant rouge turc ont toutefois été pillés.

"Au début, dans les 24 premières heures, il y a eu vraiment des manquements, nous le reconnaissons", a dit M. Erdogan. Il a néanmoins précisé que "l'Etat s'est mobilisé avec toutes ses institutions" pour venir en aide aux rescapés.

Des sinistrés de la province orientale de Van ont laissé éclater leur colère mercredi. Ils ont critiqué la lenteur de la distribution des tentes et accusé les autorités de discrimination ethnique. La population de l'Est est majoritairement kurde.

M. Erdogan a rejeté ces critiques. Le Premier ministre a estimé "amplement suffisantes" les quelque 17'000 tentes envoyées aux personnes touchées par le séisme qui a fait 461 morts et plus de 1350 blessés.

"Ils nous traitent comme des bêtes"

Des habitants d'Ercis ont d'autre part indiqué que des inconnus avaient arrêté mardi un camion chargé de tentes en provenance de la province voisine d'Agri. Ils ont battu le chauffeur et se sont emparés de la cargaison, probablement pour la revendre au marché noir.

De longues files d'attente se sont formées pour réclamer des tentes devant la préfecture d'Ercis. "Ils nous traitent comme des bêtes", s'est insurgé un jeune homme tandis que fusaient des sifflets de protestation contre l'interruption des distributions.

A Guvecli, un village entièrement détruit à une trentaine de kilomètres de Van, les habitants péniblement regroupés dans quelques tentes, se sont plaints d'avoir été oubliés. "Le Croissant-Rouge nous a seulement apporté dix tentes lundi" puis 25 autres mardi, selon un villageois.

Le gouvernement turc acceptera l'aide proposée par une trentaine de pays, y compris celle d'Israël malgré les tensions, pour faire face aux conséquences du séisme, a indiqué mercredi une source diplomatique turque.

ATS