Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les secouristes s'affairaient lundi au milieu des monceaux de gravas pour dégager les survivants du séisme qui a frappé la veille le sud-est de la Turquie. Le tremblement de terre a pour l'heure fait 264 morts et plus d'un millier de blessés. De nombreux pays, certains en froid avec Ankara, ont proposé leur aide.

Deux bataillons de l'armée ont été mobilisés pour participer aux opérations de secours coordonnées par le Croissant-Rouge au lendemain du tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a principalement frappé les villes de Van et d'Ercis. Outre l'armée, 1300 secouristes, 145 ambulances et des moyens aériens ont été envoyés sur les lieux.

Le bilan s'est alourdi à 264 morts et des centaines de personnes sont toujours portées disparues, a annoncé le ministre de l'Intérieur Idris Naim Sahin. S'exprimant à Van, le vice-premier ministre Besir Ataly a fait pour sa part état de plus de 1300 blessés. Plus de 200 répliques, certaines assez fortes, ont été ressenties dans la journée.

Températures glaciales

Environ 4000 tentes, 11'000 couvertures, des réchauds et de la nourriture ont été distribués aux survivants pour affronter les températures glaciales - le mercure ne devant pas dépasser 2 degrés pendant la nuit.

Des morts et des dégâts supplémentaires étaient signalés en provenance de petits villages reculés, généralement sans électricité ni liaisons téléphoniques.

Le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, s'est rendu sur place, dans cette région proche de la frontière avec l'Iran. Il a survolé Ercis en hélicoptère pour mesurer l'ampleur des dégâts provoqués par ce séisme, le plus puissant en Turquie depuis 1999.

Villages entièrement détruits

"Le problème le plus important maintenant, ce sont les villages proches de Van car les bâtiments sont en adobe (argile mêlé de paille). Ils sont plus vulnérables aux séismes. Je dois dire que quasiment tous les bâtiments dans ces villages sont détruits", a dit Recep Tayyip Erdogan.

ATS