Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) a diffusé jeudi par erreur à certains de ses abonnés un "message" faisant état d'une dégradation de la note de la France. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé jeudi soir avoir ouvert une enquête après cette diffusion.

"Suite à une erreur technique, un message a été automatiquement diffusé à certains abonnés au portail de S&P Global Crédit indiquant que la note de crédit de la France avait été changée", indique le communiqué de l'agence. "Ce n'est pas le cas: la note de la République française est inchangée à "AAA"", ajoute-t-il.

Cette erreur, sur laquelle l'agence de notation a promis de faire la lumière, intervient alors que l'écart entre le taux des obligations à 10 ans de l'Allemagne et de la France sur le marché de la dette a atteint un nouveau record historique jeudi, au-delà des 170 points de base.

Enquête ouverte

"Le secrétaire général de l'Autorité des marchés financiers a ouvert une enquête", indique le communiqué du gendarme français des marchés, à qui le ministre des Finances François Baroin avait auparavant expressément demandé une telle démarche.

"L'AMF a également contacté l'ESMA, autorité de supervision financière européenne, au titre de ses compétences de contrôle des obligations professionnelles des agences de notation", précise le texte.

Premier coup

Mi-octobre, l'agence Moody's Investors Service avait donné un premier coup de canif au triple A de la France, en annonçant qu'elle se donnait trois mois pour déterminer si la perspective "stable" attachée à la note restait justifiée au vu de la dégradation de la situation économique.

Cette décision a joué un rôle dans la décision du gouvernement français d'annoncer lundi un nouveau plan d'austérité, qui prévoit des économies de 7 milliards d'euros en 2012.

ATS