Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après les citoyens de Tramelan (BE) dimanche, ceux de la commune voisine de Saicourt (BE) ont accepté lundi soir le projet de parc éolien sur la Montagne de Tramelan. Ils ont donné le feu vert à l'installation de deux turbines supplémentaires.

Les ayants droit de ce village de quelque 600 habitants ont accepté la modification de leur plan de quartier, qui a valeur de permis de construire, par 56 voix contre 38 et 1 abstention. Le dossier de parc éolien prévoit l'implantation de cinq turbines à Tramelan et de deux à Saicourt.

Contrairement à Tramelan, la campagne a été calme dans le village de Saicourt. Aucun comité d'opposition n'y a vu le jour. Dimanche, à l'issue d'une campagne qui s'est déroulée dans un climat tendu, les citoyens de Tramelan avaient accepté à 60% des votants ce projet.

D'ici le printemps 2016

Promoteur du projet, la société bernoise d'électricité FMB prévoit d'investir 38 millions de francs si les sept turbines sont érigées. La production annuelle du parc est estimée à 28 millions de kWH, soit du courant pour près de 5000 habitants.

FMB (Forces motrices bernoises), qui exploite déjà le parc éolien du Mont-Crosin par le biais de sa filiale Juvent SA, pourrait entamer le chantier cet automne ou au printemps 2016. Le calendrier dépend de la durée du traitement par le canton de Berne des recours déposés par les opposants.

En lisière des bois

A niveau national, le Conseil des Etats a ouvert la porte lundi à des éoliennes ou des lignes à haute tension qui pourraient voir le jour dans des zones forestières. L'objectif est de répondre aux défis que représentent les organismes nuisibles, les changements climatiques ou la situation économique difficile des exploitants, a indiqué Ivo Bischofsberger (PDC/AI) au nom de la commission chargée du dossier.

Par 34 voix contre 8, la Chambre des cantons a introduit dans la loi une disposition plaçant sur le même plan les intérêts de la réalisation d'installations de production et de transport d'énergie et ceux d'autres intérêts nationaux, comme les forêts. Des défrichements seraient donc possibles et la forêt n'aurait plus forcément la priorité en cas de demande de permis de construire.

Cette réglementation fait écho à une décision du Conseil national prise dans le cadre de la stratégie énergétique 2050. Elle concrétise aussi indirectement une initiative cantonale bernoise en faveur de la construction d'éoliennes en lisière des forêts.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS