Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des centaines d'animaux protégés ont été saisis ces dernières semaines à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, ont annoncé jeudi les douanes françaises. Certains animaux ont été retrouvés vivants, mais d'autres étaient morts en raison des mauvaises conditions de transport.

Parmi les spécimens interceptés figurent des caméléons en provenance du Cameroun, un grizzli et un ours polaire empaillés, des peaux de félins, des défenses en ivoire ainsi que des totems réalisés avec des essences végétales protégées.

Saisies "exceptionnelles"

"Ces saisies ont été réalisées entre le 29 février et le 20 mars lors de différentes opérations de contrôle. Nous avons eu une succession d'affaires très rapprochées", a souligné le secrétaire général des douanes de Roissy Michel Horn.

Interrogé sur la valeur de ces saisies, qualifiées "d'exceptionnelles", le responsable des douanes a jugé cette dernière "difficile à évaluer". "Les animaux n'ont pas seulement une valeur marchande, ils ont aussi une valeur environnementale, liée à leur rôle pour la biodiversité", a-t-il détaillé.

Le trafic illégal des espèces animales et végétales menacées d'extinction est la deuxième cause de leur disparition après la destruction de leur habitat naturel, selon les douanes. Le trafic des espèces vivantes est estimé aujourd'hui à 20 milliards d'euros dans le monde.

ATS