Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'odeur de marijuana est si forte que nous avons l'impression "d'avoir fumé quelque chose d'illégal", se plaignent des policiers de commissariats espagnols. Ils dénoncent l'accumulation de grandes quantités de cette plante dans leurs locaux après des saisies.

"C'est le cas dans tous les commissariats de Catalogne, à cette époque de l'année", a affirmé jeudi le porte-parole d'un syndicat de police de la Catalogne, Josep Miquel Milagros. Le problème touche en particulier les zones rurales, où les locaux de police sont plus exigus.

L'été étant propice aux découvertes de plantations illégales, sur de grandes parcelles de terrain agricole, les autorités doivent stocker une importante quantité de plants. Ainsi, à Olot par exemple, une commune de 34'000 habitants, la police "stocke en ce moment 300 à 400 plants de marijuana dans un garage intérieur", a souligné M. Milagros.

"Dans d'autres commissariats, (la marijuana) est conservée dans des parkings souterrains, voire dans des bureaux", en attendant une décision de justice pour la détruire. Ces situations peuvent durer plus de 30 jours, a déploré le porte-parole.

Maux de tête et des nausées

Les relents sont si forts que les policiers "ont l'impression d'être sous les effets (de la drogue), comme s'ils avaient fumé quelque chose d'illégal", a affirmé le syndicaliste.

"L'odeur est vraiment insupportable", s'est plaint M. Milagros. "Il y a des cas d'agents qui ont dû rentrer chez eux avant d'avoir fini leur service, parce qu'ils avaient des maux de tête et des nausées", a-t-il poursuivi.

"Imaginez l'image que cela donne, quand les citoyens viennent par exemple pour dénoncer un vol, et qu'ils se retrouvent face à une telle odeur!" Pour résoudre le problème, M. Milagros réclame la conservation de la drogue dans des conteneurs hermétiques et fermés, situés à l'extérieur des établissements policiers.

ATS