Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - A l'occasion de la Journée mondiale pour la santé au travail, organisée mercredi, le BIT dénonce les nouveaux risques liés à l'impact de la crise économique mondiale. Il s'inquiète de l'augmentation du stress au travail, corollaire de la crise économique mondiale.
Le Bureau international du travail (BIT) estime que 6300 personnes meurent chaque jour de lésions ou de maladies liées au travail. Quelque 337 millions d'accidents se produisent chaque année sur les lieux de travail. "Le coût économique des journées de travail perdues, des traitements médicaux et des prestations en espèces représente 4% du PIB mondial, soit plus que le montant total des plans de relance adoptés en 2008-2009 face à la crise économique", souligne le directeur général du BIT Juan Somavia.
Dans une étude publiée mardi, le BIT met soulève la question des charges de travail plus élevées, de l'intensification des tâches dues aux compressions d'effectifs, de l'externalisation ou des contrats temporaires. Il relève "une difficulté accrue pour trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée".
"Ces changements ont entraîné une augmentation du stress lié au travail et d'autres problèmes de santé mentale, tendances exacerbées pendant une crise économique mondiale", affirme le BIT.
Le stress entraîne troubles musculaires, hypertension, ulcères digestifs, maladies cardiovasculaires et peut avoir une influence sur la violence, l'abus d'alcool, de drogues et de tabac, des relations familiales tendues. C'est un facteur majeur de dépression, voire de suicide, avertit le BIT.
Dans les pays européens, le stress serait à l'origine de 50% à 60% des journées de travail perdues.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS