Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La France a pris la décision de fermer son ambassade en Syrie pour dénoncer le "scandale" de la répression conduite par le régime de Bachar al-Assad contre sa population, a annoncé vendredi le président Nicolas Sarkozy. De son côté un convoi du CICR s'apprête à entrer dans la ville de Homs.

"Ce qui se passe, c'est un scandale, il y a plus de 8000 morts, (dont) des centaines d'enfants, et la ville de Homs qui menace d'être rayée de la carte, c'est absolument inacceptable", a déclaré M. Sarkozy.

"Le Conseil (européen) a condamné dans les termes les plus vifs ce qui se passe en Syrie, pas seulement à l'endroit de vos confrères (...) mais ce symbole là est particulièrement inacceptable", a également jugé le chef de l'Etat, précisant que "l'attitude du pouvoir syrien a été particulièrement inadmissible" dans les tentatives d'évacuation des journalistes français Edith Bouvier et William Daniels, qui ont pu gagner le Liban jeudi.

Convoi humanitaire

"Nous avons dit nos encouragements au conseil national syrien, il en est fait expressément état dans les textes du Conseil européen et nous continuerons à prendre des initiatives au conseil de sécurité (de l'ONU) pour qu'un certain nombre de blocages soient levés", a-t-il poursuivi.

Un convoi d'aide humanitaire est par ailleurs arrivé vendredi à Homs et s'apprête à entrer dans le quartier de Bab Amro, a fait savoir le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Ce convoi est composé de sept camions acheminant notamment des vivres mais aussi d'autres produits de première nécessité.

L'armée gouvernementale syrienne a pénétré mercredi dans ce quartier, d'où les insurgés disent s'être retirés, après 26 jours de bombardements par les forces du régime.

ATS