Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé lundi soir le déclenchement du plan Vigipirate écarlate et la suspension de sa participation à la campagne présidentielle après la tuerie de Toulouse. Celle-ci a fait quatre morts, trois enfants et un adulte, dans une école juive.

Dans une déclaration solennelle, le président de la République a également annoncé la mise en place de mesures de sécurité exceptionnelles dans le Sud-Ouest, où trois militaires semblent avoir été abattus par le même tueur la semaine passée. Le plan Vigipirate est normalement destiné à prévenir les actions terroristes. Le niveau écarlate est son niveau le plus élevé.

"Même" personne

Le chef de l'Etat a confirmé que la même arme avait servi lors de ces assassinats, effectués par une seule et "même" personne. Il a évoqué, parmi les mobiles possibles du tueur, l'antisémitisme et le racisme.

Les policiers en charge de l'enquête privilégient eux l'hypothèse islamiste ou celle de l'ultra-droite sans en écarter d'autres, a indiqué une source proche de l'enquête. Nicolas Sarkozy a en outre annoncé qu'il suspendait sa campagne électorale "au moins jusqu'à mercredi".

La tuerie, qui a suscité l'effroi dans le pays, est la première visant des juifs en France depuis l'attentat de la rue des Rosiers à Paris qui avait fait 6 morts en 1982 dans un restaurant bien connu du quartier juif de la capitale. La communauté juive de France, la première en Europe avec plus de 500'000 membres, a exprimé son horreur.

ATS