Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Nicolas Sarkozy a affirmé lundi son soutien à son ministre du Travail Eric Woerth, affaibli par le scandale politico-fiscal autour de Liliane Bettencourt. Le président français a nié fermement avoir lui-même reçu de l'argent de la femme la plus riche de France.
"Eric Woerth est un homme profondément honnête qui vient de subir la calomnie et le mensonge pendant trois semaines", a déclaré le chef de l'Etat sur la chaîne de télévision France 2. Il s'agissait de sa première intervention publique sur ces affaires qui déstabilisent son gouvernement.
M. Woerth "sera le ministre qui défendra cette réforme si nécessaire des retraites", texte-phare de la deuxième partie de son mandat, a précisé le président français. Cette réforme - qui doit reculer l'âge minimal de départ de 60 à 62 ans - sera présentée mardi en Conseil des ministres et doit être votée par le Parlement d'ici fin octobre.
Lavé de tout soupçon
Eric Woerth a été accusé de conflits d'intérêts, notamment en matière fiscale, et de financement politique illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce dans des affaires aux multiples volets autour de Liliane Bettencourt, héritière du groupe L'Oréal âgée de 87 ans.
L'intervention de Nicolas Sarkozy survenait au lendemain de la publication d'un rapport administratif sur la gestion du dossier fiscal de Mme Bettencourt. Selon le texte, Eric Woerth n'a pas couvert de possibles fraudes lorsqu'il était ministre du Budget.
Après la publication de ce rapport, Eric Woerth "est lavé de tout soupçon", a jugé le président français, alors que l'opposition demande que ce soit la justice qui fasse toute la lumière.
Agir contre les conflits d'intérêt
Eric Woerth est critiqué pour des "conflit d'intérêts", car non seulement il était trésorier du parti présidentiel UMP à cette époque mais son épouse Florence gérait une partie de la fortune de Mme Bettencourt.
Nicolas Sarkozy a enfin confirmé qu'il y aurait un remaniement ministériel en octobre après la réforme des retraites. "Cette étape-là marquera le dernier tiers de mon quinquennat", le mandat de 5 ans qui s'achèvera en 2012, a annoncé M. Sarkozy, en précisant que ceux qui préconisaient une "équipe resserrée" avaient "raison".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS