Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Espagne a tenté mercredi, en vain, d'apaiser les fortes tensions des marchés en précisant le sauvetage de Bankia, le plus cher de son histoire. Madrid a aussi admis qu'elle devait désormais tout faire pour "retrouver la confiance" des investisseurs.

Le pays est le "centre d'intérêt non seulement pour les pays de la zone euro mais aussi, probablement, pour l'économie mondiale", a noté le gouverneur de la Banque d'Espagne, Miguel Angel Fernandez Ordonez, devant le Sénat.

Son "principal problème est la chute de tous les indicateurs de confiance ces derniers mois, aggravée depuis quelques semaines par la gestion de la dernière crise bancaire", celle de Bankia, qui croule sous les actifs immobiliers risqués.

Car le coup de stress des marchés, provoqué par l'annonce d'un prochain sauvetage public de Bankia pour 23,5 milliards d'euros (dont 19 milliards restent à trouver), s'est transformé en vent de panique: mercredi, la Bourse madrilène a terminé à son plus bas niveau en neuf ans, plongeant de 2,58% à 6090,4 points.

Calmer la tempête

Pour calmer la tempête, le ministre de l'Economie Luis de Guindos s'est voulu pédagogique, expliquant comment l'argent public sera fourni à Bankia.

"Ce sera le mécanisme habituel, celui que l'on a utilisé pour d'autres injections du (fonds public) Frob auparavant, c'est-à-dire des émissions du Frob qui se font évidemment sur les marchés de capitaux et ensuite, au fur et à mesure des besoins, on injecte le capital", a-t-il dit.

Par ailleurs, le pays a connu un grave dérapage budgétaire en 2011 avec un déficit à 8,9% du PIB contre 6% promis et veut atteindre 5,3% cette année. La Commission européenne a appelé mercredi l'Espagne à "accélérer substantiellement le rythme de ses réformes", jugeant que le pays "fait face à de sérieuses difficultés pour rétablir la confiance des marchés".

Mais le commissaire aux Affaires économiques, Olli Rehn, a insufflé une petite dose de réconfort au pays, en annonçant que la Commission est "prête à envisager de prolonger d'un an le délai pour que l'Espagne atteigne ses objectifs budgétaires".

ATS