Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités suédoises avaient instauré des contrôles d'identité systématiques à sa frontière avec le Danemark place en janvier 2016 pour endiguer l'afflux de réfugiés qui avaient traversé toute l'Europe (archives).

KEYSTONE/EPA SCANPIX DENMARK/NILS MEILVANG

(sda-ats)

La Commission européenne va mettre un terme en novembre aux dérogations exceptionnelles accordées à cinq pays européens confrontés à un fort afflux migratoire pour des contrôles aux frontières internes de l'espace Schengen, a-t-elle annoncé mardi.

Bruxelles a donné son accord à l'Allemagne, l'Autriche, au Danemark, la Suède et la Norvège pour une nouvelle prolongation des contrôles de six mois. Mais ce sera la dernière fois, a prévenu le commissaire européen à la Migration Dimitris Avramopoulos lors d'une conférence de presse.

"Nous appelons les Etats membres à supprimer graduellement ces contrôles, tout en compensant cette suppression au moyen de contrôles de police proportionnés sur l'ensemble de leur territoire", a-t-il ajouté.

"Le moment est venu de prendre les dernières mesures concrètes pour en revenir progressivement à un fonctionnement normal de l'espace Schengen", a-t-il dit. "Schengen est l'une des plus grandes réalisations du projet européen. Nous devons tout faire pour le préserver."

Bien que la situation globale continue de se stabiliser, un nombre non négligeable de migrants en situation irrégulière et de demandeurs d'asile sont encore présents en Grèce, observe l'exécutif européen.

La Suède franchit le pas

Plus d'un million de personnes ont demandé asile à l'UE en 2015, essentiellement en Allemagne mais aussi en Suède, ce qui a tendu les capacités d'accueil de certains Etats.

Le gouvernement suédois a annoncé mardi qu'il supprimait les contrôles d'identité pour les personnes en provenance du Danemark. Il a décidé parallèlement de renforcer les moyens de la police et des Douanes pour surveiller cette frontière.

"Le gouvernement est d'avis que les contrôles aux frontières sont toujours nécessaires et que leur étendue doit être accrue", a expliqué le ministre de l'Intérieur Anders Ygeman lors d'une conférence de presse à Stockholm.

Toutefois, la Suède va arrêter de vérifier systématiquement les papiers de tous ceux qui traversent le détroit entre Copenhague et la troisième ville suédoise Malmö, ou entre Helsingør (nord-est du Danemark) et Helsingborg (sud-ouest de la Suède), a ajouté sa collègue en charge des infrastructures, Anna Johansson.

Ces contrôles avaient été mis en place en janvier 2016 pour endiguer l'afflux de réfugiés qui traversaient l'Europe. Ils paraissaient de moins en moins justifiés depuis que le flux de demandeurs d'asile s'était progressivement tari, avec la multiplication des barrières à franchir pour les migrants depuis le Sud de l'Europe vers la Scandinavie.

"Le résultat a été que le nombre de réfugiés a baissé de 80%", a souligné le ministre de l'Intérieur. Après avoir accueilli 81'000 demandeurs d'asile en 2014 et 163'000 en 2015, la Suède a vu ce chiffre chuter à 29'000 en 2016, et en prévoit à peu près autant en 2017.

Les contrôles avaient compliqué la vie quotidienne des milliers de personnes habitant à Malmö et travaillant à Copenhague, ou inversément.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS