Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Touché par le franc fort, l'affaiblissement de certains marchés et des charges de restructuration, Schindler a affiché une rentabilité en baisse en 2011. Le fabricant lucernois d'ascenseurs et escaliers roulants a vu son bénéfice net chuter de 14,1% à 611 millions de francs.

Le chiffre d'affaires s'est pour sa part inscrit à 7,854 milliards de francs, en baisse de 4,1% au regard de 2010 a annoncé mardi le groupe établi à Ebikon. Le repli reflète essentiellement l'appréciation du franc, celle-ci ayant pesé à hauteur de 900 millions. En devises locales, les ventes ont progressé de 6,9%.

Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s'est aussi fortement réduit de 16,8% à 790 millions de franc. Hors effets de change le tassement atteint 5,3%. La baisse illustre principalement une charge de 135 millions de francs au titre des mesures de restructuration engagées au 4e trimestre.

1770 postes supprimés

Annoncé à l'automne dernier, ce plan inclut la suppression de 1770 emplois, soit quelque 4% des 44'387 postes (+3,2% sur un an) que Schindler occupait à la fin de l'an passé. Le groupe de Suisse centrale avait expliqué il y a quatre mois vouloir ainsi contrer les effets indésirables causés par la valorisation du franc.

Les entrées de commandes arrêtées à fin 2011 se sont montées à 8,249 milliards de francs, un montant en repli de 6%. Exprimées en monnaies locales, elles ont toutefois crû de 4,8%. Schindler a achevé l'exercice avec un carnet d'ordres de 6,44 milliards, soit 6% de plus qu'un an auparavant.

Optimisme pour 2012

Jugée réjouissante par le groupe au vu du contexte dans lequel elle est intervenue, la performance a aussi dépassé de manière générale les attentes des analystes. Ces derniers, cités par l'agence financière AWP, ont évoqué des chiffres solides.

Soulignant un contexte incertain, Schindler anticipe toutefois pour cette année un bénéfice consolidé nettement supérieur à celui de 2011, grâce notamment à ses efforts de rationalisation.

ATS