Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Didier Cuche a fait le show pour sa dernière course de Coupe du monde. Le Neuchâtelois a chaussé des skis en bois et vêtu une tenue d'époque pour disputer la deuxième manche du géant de Schladming.
"Michael Von Grünigen avait fait la même chose pour ses adieux à Kvitfjell (réd: en 2003). Je trouve que c'est sympa tous les 10 ans de rappeler l'évolution du ski", a dit le néo-retraité de 37 ans. "Ce matériel date d'environ 50-60 ans. Je l'ai eu grâce à un musée autrichien", a-t-il expliqué.
"J'ai des amis qui organisent des journées avec un tel équipement. Je devrais peut-être rejoindre leur club. J'ai en tout cas prouvé que j'avais le niveau !", a-t-il plaisanté. Tout au long de son parcours, le Neuchâtelois est allé saluer entraîneurs et officiels du Cirque blanc, avant de recevoir l'ovation des 14'000 spectateurs de Schladming.
"J'ai eu un accueil incroyable. Nous sommes en Autriche et cela a fait autant de bruit que si nous avions été en Suisse", a-t-il remarqué. "Il aurait été parfait de m'en aller devant mon public lors des finales Lenzerheide. Mais l'année passée, je n'étais pas encore prêt à partir", a-t-il continué.
Cuche a aussi été fêté par ses désormais ex-collègues. Quasiment tous ont tenté d'imiter son célèbre lancer du ski dans l'aire d'arrivée, avec plus ou moins de succès. "Beat (Feuz) est le grand gagnant du concours", a estimé le Neuchâtelois. "C'est un luxe d'avoir autant de personnes pour me dire au revoir", a-t-il ajouté.
Concernant sa nouvelle vie, Cuche va oeuvrer pour ses sponsors actuels. Mais avant de se mettre au travail, il va d'abord essayé de digérer cette retraite sportive. "En quittant Schladming lundi, je vais sans doute recevoir un gros coup de marteau sur la tête", a-t-il prévu.
"Le plus dur devrait être ensuite le passage jusqu'à octobre. Après, quand les courses recommenceront, je serai content d'être devant ma télévision. Je ne devrai plus composer avec cette pression et cette prise de risques constantes. Cette adrénaline est intéressante à vivre, mais elle est aussi toujours à la limite du désagréable", a-t-il relevé.
Le ski de compétition va toutefois laisser un grand vide dans son existence. "La camaraderie sur le circuit va me manquer. Je vais aussi regretter le fait de ne plus pouvoir me battre pour être le meilleur", a-t-il estimé. "Il faudra que je me fixe de nouveaux challenges, que cela soit en golf, en planche à voile ou peut-être sur un circuit automobile", a-t-il continué.
La carrière de skieur de Cuche s'achèvera définitivement aux championnats de Suisse de Veysonnaz, qui débuteront la semaine prochaine. Il devrait s'élancer en super-G et géant.

ATS