Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Schneider-Ammann signera l'accord avec l'Indonésie mi-décembre

Johann Schneider-Ammann et le ministre indonésien de l'économie Enggartiasto Lukita se félicitent de l'accord conclu, sous le regard de leurs homologues liechtensteinoise Aurelia Frick et norvégien Torbjørn Røe Isaksen.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Johann Schneider-Ammann partira du Conseil fédéral sur un succès international, en ayant signé l'accord de libre-échange avec l'Indonésie. Après une déclaration commune actée vendredi à Genève, une cérémonie formelle aura lieu le 16 décembre à Jakarta.

"Je suis très heureux d'avoir trouvé une solution avec l'Indonésie", a affirmé le conseiller fédéral dans un entretien à Keystone-ATS en marge de la réunion ministérielle de l'Association européenne de libre-échange (AELE). Il tenait à conclure cet accord négocié au nom des quatre pays de l'institution et s'est investi personnellement à plusieurs reprises.

Il a réglé les derniers détails sur l'huile de palme par téléphone avec son homologue Enggartiasto Lukita, présent par ailleurs vendredi à Genève. "A un moment donné, les Indonésiens ont tapé des mains et ont coupé le téléphone", dit le chef du Département fédéral de l'économie, de la recherche et de la formation (DEFR) qui préside actuellement l'AELE. "Je ne savais pas si un compromis avait été trouvé ou s'ils étaient fâchés".

"J'ai rappelé" et Enggartiasto Lukita a dit que l'accord était établi, se réjouit M. Schneider-Ammann. Selon lui, la relation d'amitié qu'il a établie avec le ministre a contribué à ce résultat. Le représentant indonésien lui a assuré qu'il souhaitait conclure avant son départ du Conseil fédéral.

Compromis établi pour le colza

Vendredi, les deux hommes et leurs homologues des pays de l'AELE ont signé une déclaration actant que toutes les dispositions ont été réglées. Les ministres norvégien du commerce Torbjørn Røe Isaksen, islandais des Affaires étrangères et du commerce extérieur Guðlaugur Þór Þórðarson et liechtensteinoise des Affaires étrangères Aurelia Frick participaient.

Sur le fond, la solution trouvée face aux inquiétudes des acteurs suisses du colza d'une concurrence de l'huile de palme est "très élégante", selon M. Schneider-Ammann. Elle "ne touche presque pas la production des agriculteurs suisses". L'Indonésie bénéficiera de contingents partiels avec des rabais de 20 à 40%.

Autre préoccupation, des garanties de durabilité ont été obtenues dans l'accord pour éviter une déforestation importante dans ce pays. Le volume d'échange commercial entre la Suisse et l'Indonésie est d'environ 830 millions de francs.

Avec d'autres partenaires, les discussions avancent moins rapidement. Le bloc sud-américain du Mercosur a signifié à l'AELE qu'il n'accepterait pas ses propositions avant un compromis avec l'UE, a déploré le conseiller fédéral. Or, les pourparlers avec les Vingt-Huit sont ralentis.

Mercosur ou encore Kosovo

Une série de négociations avec l'AELE aura lieu la semaine prochaine. "Un jour c'est suspendu, le lendemain cela bouge", mais pas à l'intensité que la Suisse souhaiterait, dit le conseiller fédéral. Les quotas d'exportations de viande de boeuf vers les pays de l'Association restent le principal point de division. M. Schneider-Ammann souhaite la possibilité d'un accord en 2019.

Il faudra en revanche davantage de temps avec les Etats-Unis, qui ont demandé en début d'année de reprendre des discussions exploratoires avec la Suisse. Début décembre, le conseiller fédéral se rendra à Washington. Il devrait alors recevoir une évaluation "provisoire" sur le scénario de possibles négociations.

La question sera notamment de savoir si un arrangement serait large, avec les questions agricoles, ou limité. S'il est optimiste, le conseiller fédéral admet que les Etats-Unis mènent des discussions beaucoup plus avancées avec d'autres partenaires.

M. Schneider-Ammann relève aussi qu'il laissera à son successeur une économie suisse qui se porte bien et bénéficie d'une marge d'extension. Et que l'AELE est une association qui fonctionne bien, selon lui.

Vendredi, elle a signé aussi une déclaration politique avec le Kosovo, première étape vers des négociations d'un accord de libre-échange. Le ministre kosovar du commerce Endrit Shala a dit à Keystone-ATS avoir demandé au secrétariat de l'AELE de démarrer "dès que possible" les discussions sur un arrangement qui serait "d'une importance cruciale pour notre économie".

Jeudi soir, les Etats de l'AELE avaient signé avec Israël des accords révisés sur les produits agricoles.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.