Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un responsable du site nucléaire iranien de Natanz a été tué mercredi par l'explosion d'une bombe placée sur sa voiture. Téhéran a immédiatement mis en cause les Etats-Unis et Israël et affirmé que l'assassinat de scientifiques n'arrêterait pas le "progrès" nucléaire.

"Aujourd'hui, ceux qui prétendent combattre le terrorisme visent nos scientifiques, mais ils doivent savoir que ceux-ci sont plus déterminés que jamais (...) à avancer sur le chemin du progrès scientifique", a déclaré le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi.

Mostafa Ahmadi Roshan, un professeur d'université, a été tué lors de l'explosion d'une bombe magnétique placée sur la voiture à bord de laquelle il se trouvait, alors que le véhicule circulait près de l'université Allameh Tabatabai, dans l'est de Téhéran, a déclaré le vice-gouverneur de Téhéran, Safar Ali Baratloo. Le chercheur était également vice-directeur pour les affaires commerciales du site nucléaire de Natanz, selon l'agence de presse MEHR

Le conducteur du véhicule a également péri et le garde du corps du scientifique a été blessé, selon les médias iraniens. D'autres sources affirment qu'un piéton a également été tué dans l'attentat.

Israël mis en cause

"Cette action terroriste commise par les agents de l'oppression (Etats-Unis, NDLR) et du régime sioniste vise à empêcher nos scientifiques de servir" leur pays, a déclaré M. Rahimi, cité par la télévision d'Etat.

Safar Ali Baratloo a lui aussitôt accusé Israël. "La méthode ressemble à celle utilisée dans les (autres) attentats contre les scientifiques nucléaires iraniens", a-t-il dit, cité par la télévision iranienne en langue arabe Al-Alam.

Cette attaque est la troisième visant un scientifique travaillant sur des sites nucléaires depuis 2010.

Natanz est le principal site d'enrichissement d'uranium du pays et compte plus de 8000 centrifugeuses. L'Iran a démarré cette semaine une autre usine d'enrichissement, celle de Fordo, à 150 km au sud-ouest de Téhéran pour y faire de l'enrichissement à 20 %.

ATS