Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Thabo Sefolosha ira au procès selon "The Atlanta Journal Constitution". La justice new-yorkaise lui a en effet proposé une libération conditionnelle, ce qu'il a refusé.

Le Vaudois a toujours clamé son innocence dans l'affaire de l'incident de la boîte de nuit new-yorkaise et compte bien laver son honneur le 5 octobre devant un jury. Les charges retenues contre son ex coéquipier Pero Antic, qui avait également été arrêté après l'agression de Chris Copeland le 8 avril dernier, ont en revanche été abandonnées. Les deux joueurs avaient été accusés d'obstruction à la justice, de résistance à une arrestation et de trouble à l'ordre public. Selon le compte-rendu de la police, ils auraient refusé de quitter les lieux et se seraient montrés menaçants. Cela leur avait valu une arrestation musclée.

Surtout pour Thabo Sefolosha, qui avait reçu un coup de matraque, synonyme de fracture du péroné et de fin de saison prématurée. Le Vaudois, qui avait également été touché aux ligaments, avait rapidement affirmé que cette blessure avait été causée par la police. Il a précisé mercredi qu'il ne serait vraisemblablement pas prêt à temps pour le début du camp d'entraînement des Hawks à la fin du mois. Il espère en revanche être apte au service pour le début de la saison de NBA, le 27 octobre face à Detroit.

Thabo Sefolosha a refusé la libération conditionnelle, qui aurait été assortie de l'obligation de s'astreindre à une journée de travail d'intérêt général ainsi que d'un sursis de six mois. Il a donc refusé cette offre. L'international suisse n'a pas encore porté plainte dans cette affaire, mais a encore le temps de le faire selon "The Atlanta Journal Constitution".

ATS