Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les violations des droits de l'homme sont en hausse en Irak. L'ONU a indiqué vendredi à Genève que 16 fosses communes de victimes de l'EI ont été récemment retrouvées. Elle appelle à une enquête sur des abus contre les sunnites par les forces irakiennes et kurdes.

Les fosses communes se trouvent dans la région de Sinjar, a indiqué une porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Cécile Pouilly. Le nombre de corps et la période exacte de ces meurtres ne sont pas connus. Les individus suspectés de manque de loyauté et de ne pas soutenir l'Etat islamique (EI) sont visés.

Le Haut Commissariat est également préoccupé par la situation des sunnites dans des zones reprises par les forces irakiennes, les combattants kurdes et les milices qui les accompagnent. "Des communautés spécifiques sont ciblées pour ce qu'elles sont", a déploré Mme Pouilly. Ces violations sont "largement répandues", également selon elle.

Mme Pouilly a évoqué des exécutions extra-judiciaires, des détentions illégales, des enlèvements ou encore des maisons endommagées ou détruites. Les autres groupes accusent de plus en plus les sunnites de soutien à l'EI. Ces personnes ont un accès limité à l'eau, la nourriture, un abri ou un traitement médical.

La situation de 1300 sunnites bloqués dans la zone tampon entre les forces kurdes et l'EI, près de Sinjar, préoccupe particulièrement.

Le Haut Commissariat appelle à porter en justice les responsables. Il demande au gouvernement d'assurer le retour des déplacés en respectant les principes humanitaires et leur accès aux biens de nécessité et à des médecins.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS