Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans 60 à 80% des infections à Zika, aucun symptôme ne se manifeste. La Suisse pourrait donc connaître davantage de cas que les 16 répertoriés (archives).

KEYSTONE/AP/ARNULFO FRANCO

(sda-ats)

La Suisse a enregistré 16 cas de personnes infectées par le virus Zika depuis l'instauration d'une déclaration obligatoire en mars. Mais très souvent, aucun symptôme ne se manifeste. Le nombre de porteurs pourrait donc être sensiblement plus élevé.

Les 16 cas connus ont été testés en laboratoire et la présence du virus a été prouvée, a indiqué lundi à l'ats le chef de la section gestion de crise et collaboration internationale au sein de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), Patrick Mathys. Ces personnes revenaient de zones touchées par le virus.

Dans sept cas, on sait où les personnes infectées ont séjourné en dernier lieu. Deux rentraient du Brésil et de Colombie, une de Bolivie, une de Guadeloupe et une d'Equateur.

Dans 60 à 80% des cas, une infection à Zika ne se remarque même pas. Pour les 20 à 40% restants, les symptômes sont en général de gravité moyenne, avec des maux de tête, de la fièvre légère, des éruptions cutanées ou des douleurs musculaires.

Le virus se propage via les moustiques de genre "Aedes", vecteur également de la dengue, de la fièvre jaune et du chikungunya. Il circule de façon exponentielle en Amérique du sud et centrale, en Afrique, dans le Pacifique et en Asie. Dans de rares cas, il peut se transmettre suite à un rapport sexuel.

La Suisse a décidé en février que les voyageurs revenant d'une zone touchée par le virus Zika devront attendre quatre semaines après leur retour pour donner leur sang. Plusieurs pays et l'OMS ont également recommandé une telle mesure.

ATS