Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'une des sept femmes honorées à Genève a milité comme la Prix Nobel de la Paix Malala Yousafzai pour l'éducation au Pakistan (archives).

KEYSTONE/AP POOL Getty/DAN KITWOOD

(sda-ats)

Sept militantes, victimes d'abus dans le monde et devenues combattantes des droits des femmes, sont honorées par une soirée artistique à l'ONU à Genève. Succès dans plus de 40 pays depuis 2006, une mise en scène documentaire sur ces activistes aura lieu jeudi soir.

D'anciens ou actuels représentants d'une agence onusienne, du Canton de Genève, d'ONG ou d'autres acteurs liront pour chacune des femmes des situations qui reflètent les luttes qu'ont menées ces défenseuses des droits humains. La soirée sera ouverte par l'ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) Barbara Hendricks.

Ce dispositif artistique honore "sept femmes courageuses qui ont dépassé des abus de pouvoir et milité pour les droits des femmes", a affirmé une responsable du Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP) qui organise cette manifestation à Genève. Elle a touché "des millions de personnes", ajoute-t-elle.

Dans le contexte de l'affaire Weinstein, la mise en scène à Genève doit contribuer à étendre la lutte "contre le harcèlement, les abus et les attitudes sexistes". Il faut convertir les efforts politiques, affirme la responsable.

Meryl Streep ou un général

Dans le monde, des personnalités ont lu les luttes de ces femmes. Notamment l'actrice américaine Meryl Streep ou l'ex-numéro 2 du commandement militaire de l'OTAN.

Parmi les sept femmes, l'Afghane Farida Azizi a oeuvré contre la marginalisation des femmes par les taliban dans son pays. Réfugiée aux Etats-Unis, elle continue son action.

Décédée en 2013, la protestante Inez McCormack avait affronté les difficultés après avoir épousé un catholique en Irlande du Nord. Présidente de la faîtière syndicale irlandaise, elle avait contribué de manière cruciale à l'accord de paix entre les deux communautés.

Plusieurs dizaines de milliers de Russes

Menacée pour sa lutte au Guatemala, la députée Annabella de Leon a ciblé la corruption et défendu les droits des pauvres. Victime de viol, la Pakistanaise Mukhtar Mai a réussi à traduire en justice ses agresseurs et est devenue une activiste de l'éducation.

Nommée pour le Prix Nobel de la Paix, la Cambodgienne Mu Sochua a lutté contre le trafic sexuel et a été ministre des affaires des femmes. Et la Nigériane Hafsat Abiola a lancé une initiative pour les jeunes femmes après le meurtre de ses parents militants des droits de l'homme.

La Russe Marina Pisklakova-Parker a elle lancé la première ligne téléphonique pour les victimes de violences domestiques dans son pays. Au total, son centre a aidé plus de 100'000 femmes russes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS