Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La mort de Jan Kuciak a suscité un mouvement de colère dans l'opinion slovaque. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bratislava et dans d'autres villes de Slovaquie en mémoire du journaliste assassiné et de son épouse (archives).

KEYSTONE/EPA/MARTIN DIVISEK

(sda-ats)

Les autorités slovaques ont remis en liberté sept personnes interpellées dans le cadre de l'enquête sur le meurtre du journaliste d'investigation Jan Kuciak, a déclaré samedi la police. Le reporter était spécialisé dans les enquêtes sur des fraudes fiscales.

Pendant le délai légal (48 heures) de la garde à vue, la police "a vérifié et cherché des éléments nécessaires à une mise en accusation. Une fois les 48 heures passées, les personnes ont été remises en liberté", a dit Denisa Baloghova dans un communiqué.

La police avait identifié les sept hommes arrêtés. Selon les médias slovaques, il s'agit de l'homme d'affaires italien Antonino Vadala et de plusieurs membres de sa famille que Jan Kuciak soupçonnait de liens avec la mafia calabraise 'Ndrangheta.

Les corps de Jan Kuciak, qui était âgé de 27 ans, et de sa compagne, Martina Kusnirova, ont été découverts le week-end dernier à leur domicile de Velka Maca, à 65 km à l'est de la capitale Bratislava. L'ultime enquête du journaliste, publiée après sa mort, se penchait justement sur d'éventuels liens entre des hommes d'affaires italiens et la mafia dans l'est de la Slovaquie.

Obsèques samedi après-midi

La police avait procédé jeudi à sept arrestations. Les éléments communiqués correspondaient à des personnes mentionnées par Jan Kuciak dans son dernier article. Le journaliste de 27 ans travaillait pour le site slovaque aktuality.sk, appartenant à l'Allemand Axel Springer et au Suisse Ringier.

Sa mort a suscité un mouvement de colère dans l'opinion slovaque et a fragilisé le gouvernement de coalition dirigé par Robert Fico. Le parti Most-Hid, membre de la coalition, a réclamé sans succès les démissions du ministre de l'Intérieur Robert Kalinak et du chef de la police Tibor Gaspar. Plusieurs milliers de personnes ont en outre manifesté vendredi à Bratislava et dans d'autres villes de Slovaquie en mémoire du journaliste assassiné et de sa future épouse.

"Une attaque contre la liberté"

Les obsèques de Jan Kuciak ont eu lieu samedi après-midi dans le village de Stiavnik, près de la frontière tchèque. La cérémonie funèbre a commencé par la lecture d'un poème que Jan Kuciak avait écrit à sa fiancée pour leur mariage, prévu en mai.

Au cours de la cérémonie, l'archevêque de Bratislava, Stanislav Zvolensky, a dénoncé une attaque contre la liberté du pays. "Si le meurtrier a pensé qu'il a pu réduire Jan au silence, il a eu tort. Il a fait l'opposé. Une attaque contre un journaliste est aussi une attaque contre la liberté de notre pays, nous ne devons pas le permettre", a-t-il déclaré.

Les deux fiancés ont été inhumés dans leurs costumes de noces. Les obsèques de Martina Kusnirova ont eu lieu vendredi à Gregorovce (est), également en présence de centaines de personnes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS