Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'attaque a été précédée de l'explosion d'un véhicule à proximité du restaurant, un mode opératoire bien connu des shebab.

KEYSTONE/EPA/SAID YUSUF WARSAME

(sda-ats)

Neuf personnes, dont deux assaillants, ont été tuées jeudi soir à Mogadiscio par des membres du groupe islamiste somalien shebab, selon un journaliste de l'AFP sur place. Ils ont attaqué un restaurant fréquenté du front de mer.

Comme à leur habitude, les shebab ont revendiqué l'attentat sur le site internet de leur station Radio Andalus alors qu'il venait à peine de débuter.

Dans un premier temps, un kamikaze a fait exploser une voiture piégée aux abords de l'établissement, juste avant qu'un commando d'au moins deux hommes lourdement armés ne pénètre dans le restaurant.

Très rapidement, une fusillade nourrie a éclaté entre les assaillants retranchés dans le restaurant et les forces de sécurité, qui ont dû opérer avec prudence, les shebab lançant des grenades dans leur direction.

"Sept personnes ont été tuées dans l'attaque ainsi que deux assaillants shebab", a déclaré vendredi à l'AFP le porte-parole de la ville de Mogadiscio, Abdifatah Halane.

Un responsable policier de la ville cité par l'agence de presse nationale somalienne (Sonna) a confirmé ce bilan, précisant que cinq civils et deux membres des forces de sécurité avaient péri dans l'attaque.

"Tous les assaillants ont été abattus et le restaurant est à présent sous le contrôle total des soldats du gouvernement", a assuré le colonel Bishaar, commandant de police pour la région administrative de Banadir, qui englobe Mogadiscio.

Deux autres personnes ont été blessées, a-t-il précisé, et un troisième membre du commando, soupçonné d'être le kamikaze qui a fait exploser une voiture piégée au début de l'attaque, a été capturé blessé par les autorités somaliennes. Jeudi soir, les autorités avaient présenté le suspect à la presse, le visage bandé, allongé sur un lit d'hôpital.

Restaurants branchés pris pour cibles

Cette attaque a une nouvelle fois visé un restaurant populaire du front de mer de Mogadiscio, le Banadir Beach Restaurant, habituellement fréquenté par de jeunes couples et des officiels somaliens.

Fin janvier, les insurgés avaient déjà attaqué un restaurant de la plage du Lido, non loin de l'établissement visé jeudi soir, faisant une vingtaine de morts.

Contrôle de zones rurales

Confrontés à la puissance de feu supérieure de l'Amisom, déployée en 2007 en Somalie, les shebab ont été chassés de Mogadiscio en août 2011. Ils ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions, refusant le plus souvent le combat conventionnel au profit d'opérations de guérilla et d'attentats-suicide.

Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicide, notamment à Mogadiscio, contre les symboles du fragile gouvernement somalien ou contre l'Amisom.

Mode opératoire éprouvé

Les shebab ont juré la perte du gouvernement somalien, qui est appuyé par 22'000 hommes de la force de l'Union africaine (Amisom).

Ils ont perpétré ces derniers mois de nombreuses attaques suivant un mode opératoire désormais éprouvé - voiture piégée suivie d'une attaque par un commando lourdement armé -, visant plusieurs des hôtels et restaurants les plus en vue de la capitale

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS