Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Seringues, défibrillateurs: le contenu des valises des tueurs

Les images publiées par le journal turc Sabah correspondent au scan des valises des tueurs de Khashoggi (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Des seringues, des défibrillateurs ou encore des talkies-walkies: le quotidien proche du pouvoir turc Sabah a publié mardi des images révélant selon lui le contenu des valises de l'équipe envoyée d'Arabie saoudite pour tuer le journaliste Jamal Khashoggi.

La diffusion de ces images survient au lendemain de la publication d'un article du New York Times décrivant le contenu d'un enregistrement audio dans lequel l'un des responsables du meurtre demande à un interlocuteur au téléphone de "dire à son patron" que l'opération était terminée.

Le nom du "patron" n'est pas donné, mais selon le quotidien, des responsables des services de renseignement américains estiment qu'il s'agit du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Etranglé et démembré?

L'éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi, exilé aux États-Unis depuis 2017, a été tué le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, où il s'était rendu pour des démarches administratives. Selon le parquet turc, il a été tué par strangulation, puis démembré.

Selon Ankara, l'opération a été menée par 15 personnes envoyées d'Arabie saoudite et reparties le jour même du crime. D'après le déroulement des événements fourni par le président turc Recep Tayyip Erdogan, ces 15 personnes sont reparties à bord de deux vols privés et un vol régulier.

Les images publiées par Sabah mardi correspondent au scan des valises des personnes reparties à bord des vols privés. Elles contenaient, selon le quotidien pro-gouvernement, 10 téléphones, 5 talkies-walkies, deux seringues, deux défibrillateurs, un appareil brouilleur, trois grosses agrafeuses et un objet coupant ressemblant à un bistouri.

M. Erdogan, qui a accusé les "plus hauts niveaux du gouvernement saoudien" d'avoir commandité cette opération, a confirmé samedi l'existence d'un enregistrement du meurtre, qu'il dit avoir partagé avec Washington, Ryad, Paris, Berlin et Londres.

"Sous héroïne"

"Cet enregistrement est épouvantable. Même un membre du renseignement saoudien a été si choqué qu'il a dit en l'écoutant: 'Il doit avoir pris de l'héroïne, seul quelqu'un qui est sous héroïne peut faire cela'", a déclaré le chef de l'État turc à des journalistes à bord de l'avion le ramenant de Paris, où il se trouvait ce week-end, selon Sabah.

Des responsables saoudiens ont confirmé selon le New York Times avoir eu accès à un enregistrement, mais ils ont démenti le fait qu'on y entende quelqu'un dire "Dis à ton patron" que c'est fait.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.