Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de deux millions de personnes ont contracté l'an dernier une maladie à la suite d'une injection à risque, selon une étude de l'OMS publiée lundi à Genève. L'agence de l'ONU présente de nouvelles recommandations pour limiter le risque d'infection.

D’après une étude réalisée en 2014 avec le parrainage de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), jusqu’à 1,7 million de personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite B, jusqu’à 315'000 par le virus de l’hépatite C et pas moins de 33'800 par le VIH à la suite d’une injection à risque.

Dans ses nouvelles lignes directrices, l’OMS insiste sur l’utilité des dispositifs de sécurité des seringues, y compris ceux qui protègent les agents de santé contre les piqûres d’aiguille accidentelles. Elle souligne également la nécessité de réduire le nombre d’injections superflues.

Chaque année, 16 milliards d’injections sont effectuées. Environ 5% de ces injections sont destinées à vacciner les enfants et les adultes et 5% servent à d’autres actes comme la transfusion sanguine.

Les 90% restants des injections sont pratiquées dans le muscle ou dans la peau pour administrer des médicaments. Dans bien des cas, elles ne sont pas nécessaires et pourraient être remplacées par l’administration par voie orale, affirme l'OMS.

Partout dans le monde

La transmission d’infections à l’occasion d’une injection à risque s’observe partout dans le monde. On a ainsi établi qu’une flambée d’hépatite C en 2007 au Nevada, aux Etats-Unis, résultait des pratiques d’un seul médecin qui avait injecté un anesthésiant à un patient atteint d’hépatite C.

Ce médecin a ensuite utilisé la même seringue pour prélever des doses supplémentaires d’anesthésiant dans le même flacon, dès lors contaminé par le virus de l’hépatite C, et pour faire des injections à plusieurs autres patients.

"Il est absolument indispensable d’adopter des seringues sécurisées pour protéger les gens contre le VIH, l’hépatite et d’autres maladies. Ce changement doit être une priorité urgente pour tous les pays", a déclaré le Dr Gottfried Hirnschall, directeur du Département de l’OMS VIH/sida.

Seringues "intelligentes"

Les nouvelles seringues "intelligentes" recommandées par l’OMS pour les injections dans le muscle ou la peau sont pourvues de dispositifs qui empêchent leur réutilisation. Sur certains modèles, le piston présente une partie frangible qui se casse si l’on essaie de tirer sur le piston après l’injection.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS