Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - L'étau se resserre autour de Servette.
Plusieurs de ses créanciers ont donné un ultimatum au président Majid Pishyar: si le club genevois ne se manifeste pas mardi, ils déposeront mercredi une requête de mise en faillite sans poursuite préalable.
Dans un premier temps, un des créanciers, la société de nettoyage Cleantonic, avait décidé de déposer mardi déjà cette demande de mise en faillite, selon une information du site internet de la "La Tribune de Genève".
Mais il y a eu du changement. "Nous avons finalement décidé d'agir ensemble avec les autres fournisseurs", a annoncé à Sportinformation Me Cédrid Berger, l'avocat de Cleantonic. "Nous donnons encore une chance mardi à Servette. Sinon, nous déposerons mercredi une requête de mise en faillite sans poursuite préalable", a-t-il affirmé lundi soir, en sortant d'une réunion avec les autres créanciers.
Cette "petite dizaine" de fournisseurs regroupe "un peu moins d'un million de francs" de créances, a précisé Me Berger. Tous ces fournisseurs exigent recevoir une partie de leur argent d'ici vendredi midi. "Sans cela, nous ne pourrions pas organiser le prochain match", dimanche au Stade de Genève contre Grasshopper, a ajouté l'avocat.
La société Cleantonic avait déjà brandi cette menace de requête de mise en faillite début février, pour une somme impayée d'environ 90'000 francs. Majid Pishyar avait alors rapidement désamorcé l'affaire en versant 30'000 francs. Mais depuis, Cleantonic n'a plus eu de nouvelles. Du moins jusqu'à lundi après-midi. "Il y a eu un coup de théâtre à 17h30. Servette a enfin signé notre échéancier de paiement", a raconté Me Berger.
Cela n'a pas empêché Cleantonic et les autres fournisseurs de s'unir en soirée pour faire pression sur Majid Pishyar. Reste maintenant à savoir comment l'homme d'affaires iranien va réagir. Sortira-t-il à nouveau son chéquier pour calmer ses créanciers ? Ou Servette se retrouvera-t-il avec une demande de mise en faillite sur le dos ? Réponse dès mardi.

ATS