Navigation

Servette FC: Jean-Michel Aeby prend la porte

Ce contenu a été publié le 02 avril 2014 - 09:13
(Keystone-ATS)

Genève - Nouvelle révolution de palais au Servette FC ! Trois jours après la défaite 5-1 concédée devant Wohlen à La Praille, Jean-Michel Aeby prend la porte de sortie.
L'ancien international, qui avait succédé à Sébastien Fournier le 20 août dernier, sera remplacé dans un premier temps par deux membres du staff, Mario Cantaluppi et Jose Sinval. Le club genevois espère dévoiler le nom du prochain entraîneur dans un "proche avenir". Le Servette FC se déplace à Locarno samedi. Il occupe la quatrième place du classement de la Challenge League à 14 points du leader Vaduz.
Jean-Michel Aeby paie le début d'année catastrophique. Le problème toutefois est que l'ancien mentor de Neuchâtel Xamax n'endosse aucune responsabilité dans le naufrage de l'équipe. Depuis janvier, c'est, en effet, Pascal Zuberbühler qui est le maître à bord. Le Thurgovien a arrêté des choix aussi forts que discutables qui ont altéré le rendement d'une équipe dont le redressement à l'automne dernier avait suscité les plus grandes espérances. Le retour en Super League était en janvier un objectif fondé.
L'abandon du système en 4-2-3-1 lors de la préparation, la dissociation du duo Pasche-Doumbia à mi-terrain, la mise à pied de Didier Crettenand et d'Anthony Sauthier et l'obstination à aligner un nouveau défenseur - l'Anglais Korede Aiyegbusi - dont le niveau prête vraiment à discussion: la liste des griefs que l'on peut dresser est longue.
Les choix de Hugh Quennec, le premier président de l'histoire du club à vivre une relégation sportive, sont également critiquables. Le président n'a jamais expliqué pourquoi le directeur sportif Loïc Favre, engagé pour trois ans en juin dernier, ne jouit pratiquement plus d'aucune prérogative au sein du club. Donner les clés du club à Pascal Zuberbühler comme il l'a fait était-il raisonnable ? Sacrifier le présent pour un "projet" dont on a de la peine à deviner l'essence l'était-il aussi ?

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.