Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Servette a accueilli un nouveau joueur, le milieu de terrain Geoffrey Tréand de retour au bercail, pour la reprise de l'entraînement. L'équipe s'attend à une saison difficile mais veut viser haut.
"Je signerais tout de suite pour rééditer notre 4e place de l'an dernier", confie le capitaine Lionel Pizzinat. "Le Championnat s'annonce plus relevé que le précédent et assez serré, car les problèmes connus la saison passée ne se reproduiront pas", dit-il en référence à la faillite de Neuchâtel Xamax et au retrait de points à Sion, qui ont grandement facilité l'accès à une place européenne pour Servette, un résultat quasi miraculeux au vu de la tempête financière traversée par le club genevois.
Avec son nouveau président et sauveur Hugh Quennec, l'équipe est prête pour un nouveau départ, tout en composant en bonne partie avec les anciens piliers qui ont fait leurs preuves. L'entraîneur portugais Joao Alves semble bien installé aux commandes, lui qui avait fait un retour remarqué pour les cinq derniers matches du dernier Championnat (4 victoires et un nul) après avoir été viré par l'ancienne équipe dirigeante.
Le coach se réjouit de la venue de Tréand, la première recrue estivale du club. "C'est un joueur que j'aime beaucoup, sur le plan humain et sportif", dit-il au sujet du Français, qui avait déjà évolué de 2005 à 2010 à Servette avant de filer à Neuchâtel Xamax puis Sion.
Pour l'heure, la défense cause quelques soucis, avec les blessures de Baumann et Diallo et les départs de Roderick et Nater. Des incertitudes concernent en outre l'avenir de plusieurs joueurs, comme Yartey et Eudis. Joao Alves "aimerait bien garder" Eudis, l'attaquant brésilien dont il apprécie les qualités techniques, "mais les négociations ne dépendent pas de moi", précise-t-il.
Interrogé sur les objectifs, le technicien portugais estime que "Servette s'est lui-même créé une responsabilité" (par ses résultats), et qu'il "faudra être à la hauteur" pour les rééditer. Il appelle de ses voeux la constitution d'une "grande équipe" tout en étant conscient des impondérables et des difficultés, notamment financières, encore à résoudre. "Nous sommes en reconstruction", observe-t-il.
En vue de l'Europa League, dont le premier tirage au sort aura lieu le 25 juin, Alves souhaite affronter "la plus faible équipe possible, pourquoi pas une équipe de Patagonie", dit-il encore dans un clin d'oeil.

ATS