Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les problèmes à Bochuz durcissent les fronts au Grand Conseil vaudois

KEYSTONE/DOMINIC FAVRE

(sda-ats)

Le Grand Conseil vaudois a pris acte mardi de la requête de l'UDC demandant la création d'une Commission d'enquête parlementaire (CEP) sur le service pénitentiaire. Les Verts ont fustigé une action "totalement irresponsable" de la part des signataires.

Malgré de nombreuses interpellations de la part de l'UDC sur la gestion du service pénitentiaire (SPEN), il n'y a pas eu d'effets notables, a déclaré Philippe Jobin. Le chef du groupe expliquait pourquoi une CEP était devenue nécessaire.

Gros problèmes

Depuis des semaines, la presse se fait l'écho des griefs de détenus et de dysfonctionnements au sein notamment de la prison de Bochuz. "Face à l'ampleur des problèmes", il faut désormais une CEP qui sera "autonome" et qui pourra faire toute la lumière sur ce qui se passe au sein du SPEN. La requête est signée aussi par des PLR, notamment par le chef du groupe Marc-Olivier Buffat.

La requête a fait bondir Vassilis Venizelos, chef du groupe écologiste auquel appartient la conseillère d'Etat Béatrice Métraux, responsable du SPEN. "Je dénonce et je m'indigne", a lancé le député, qualifiant la requête de "totalement irresponsable".

Ton virulent

Vassilis Venizelos a fustigé une instrumentalisation politique d'"un feuilleton médiatique" et affirmé qu'il y avait "des risques réels de mutinerie" contre les agents de surveillance. Parlant de "gesticulation", "d'hypocrisie déplorable", le député a appelé à donner le temps au service de faire son travail et aux organes de surveillance d'exercer leurs prérogatives.

Le Vert a aussi laissé entendre à ses adversaires politiques que le durcissement des fronts pourrait se retourner contre eux. Il a cité l'affaire Swiss Space Systems (S3) qui a fait les gros titres de la presse lors de la faillite de cette société avec de l'argent perdu alors par le canton. Un dossier qui impliquait en premier lieu le conseiller d'Etat PLR Philippe Leuba.

Long processus

Après le dépôt de la requête pour une CEP (un outil utilisé deux fois jusqu'à présent), le gouvernement vaudois a un délai jusqu'à fin novembre pour produire un rapport. Ensuite, le bureau du Grand Conseil produira son propre rapport. La discussion en plénum, avec un vote sur l'institution d'une CEP, devrait se tenir en janvier prochain.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS