Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jeff Sessions a reconnu avoir participé à une rencontre avec George Papadopoulos, ancien conseiller de campagne de Donald Trump.

KEYSTONE/AP/ALEX BRANDON

(sda-ats)

Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions a assuré mardi vouloir une décision "rapide" sur la nomination d'un procureur spécial pour enquêter sur Hillary Clinton. Il s'est par ailleurs souvenu avoir rencontré George Papadopoulos.

Vous pouvez être certain que (cette décision) sera prise sans influence politique, correctement et de manière appropriée", a déclaré Jeff Sessions pendant une audition devant la Commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants.

Donald Trump a réclamé à de nombreuses reprises que son ancienne adversaire à l'élection présidentielle Hillary Clinton soit poursuivie en justice, allant même jusqu'à reprocher à son ministre de la Justice son inaction en la matière.

Dans une lettre adressée à la Commission des affaires judiciaires de la Chambre - et publié lundi par plusieurs médias américains - le ministère de la Justice assurait que des procureurs fédéraux sont en train d'examiner l'opportunité de nommer un procureur spécial pour se pencher en particulier sur la Fondation Clinton ou sur l'utilisation par Hillary Clinton d'un serveur privé de messagerie électronique quand elle était secrétaire d'Etat de Barack Obama.

Mémoire défaillante

L'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'affaire russe a déjà conduit à la mise en cause de trois anciens collaborateurs de Donald Trump pendant la campagne présidentielle, Paul Manafort, Richard Gates et George Papadopoulos.

Ce dernier a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs de la police fédérale (FBI). Mais il coopère désormais avec les enquêteurs et a reconnu avoir voulu servir d'intermédiaire entre des responsables russes et la campagne Trump à laquelle il participait en tant que conseiller sur les Affaires étrangères, une équipe alors dirigée par Jeff Sessions.

Questionné à ce sujet, Jeff Sessions a reconnu avoir participé à une réunion présidée par Donald Trump, le 31 mars 2016, en présence de George Papadopoulos, tout en affirmant ne "pas avoir de souvenirs clairs" sur le contenu des discussions. Lors de cette réunion, M. Papadopoulos s'était targué de pouvoir organiser une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le candidat républicain.

"Après avoir pris connaissance de son témoignage (...) je crois que j'ai voulu lui dire très clairement qu'il n'était pas autorisé à représenter la campagne auprès du gouvernement russe, ou de quelque autre gouvernement que ce soit", s'est défendu Jeff Sessions. "J'ai toujours dit la vérité", a-t-il ajouté.

Lors de son audition de confirmation au Sénat, Jeff Sessions avait affirmé n'avoir eu aucun contact avec des responsables russes durant la campagne. Il avait par la suite reconnu avoir eu des échanges avec l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, ce qui l'avait forcé à se récuser pour la supervision de l'enquête russe, confiée à Robert Mueller.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS