Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Seul un médiateur à même de trouver une issue au conflit chez Sika

Le conflit entre dirigeants de Sika et Saint-Gobain n'est pas prêt de trouver une issue, selon l'ancien politicien zougois Georg Stucky (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le conflit entre les dirigeants de Sika et Saint-Gobain pour le contrôle du groupe zougois de spécialités chimiques n'est pas près de trouver une issue. Seule la nomination d'un médiateur peut apporter une solution, estime l'ancien politicien Georg Stucky.

"Les juristes toucheront gros aussi longtemps que le conflit se prolongera", relève dimanche Georg Stucky, ancien administrateur de Sika et ancien conseiller national (PLR/ZG), lui-même juriste, dans une interview accordée à l'hebdomadaire alémanique Zentralschweiz am Sonntag.

Tant que la famille héritière comptera sur ses avocats elle aussi, il n'y aura pas de solution à même d'émerger rapidement, ajoute l'ancien politicien libéral-radical zougois âgé de 85 ans aujourd'hui. Pour mémoire, le feuilleton Sika dure depuis décembre 2014, soit bientôt deux ans.

Choisir un médiateur

Le conflit se trouve dans l'attente d'un jugement du tribunal cantonal de Zoug. L'échéance a longtemps été placée pour cet été par les observateurs. Mais Georg Stucky n'y croit guère. Il faudra un médiateur pour sortir de l'ornière, avance celui qui a siégé au Conseil national entre 1979 et 1999.

La structure particulière de l'actionnariat de Sika est au centre du problème. La famille héritière a conclu un contrat de cession de ses titres avec le géant industriel français Saint-Gobain, un paquet d'actions minoritaires certes, mais qui en vertu des statuts confère une majorité des voix.

Le conseil d'administration et la direction générale s'obstinent pour leur part maintenant depuis 20 mois à vouloir empêcher une opération se montant à 2,75 milliards de francs. Ils motivent leur blocage par des motifs se référant à la logique industrielle.

Georg Stucky, par ailleurs ancien conseiller d'Etat zougois, siégeait au conseil d'administration de Sika en 1993, lorsque la clause qui pose problème aujourd'hui a été instituée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.