Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Journée internationale des indignés a passé presque inaperçue en Suisse. A Genève, Berne, Bâle et Zurich, seules une centaine de personnes au total ont manifesté contre les banques et le monde économique.

Dans la cité de Calvin, une vingtaine d'indignés ont dénoncé le système bancaire suisse. Ils se sont rendus du Parc des Bastions, où est installé leur campement depuis mi-octobre, jusqu'au quartier des banques.

Les manifestants ont pénétré dans le hall de l'UBS vêtus de tabliers blancs, de plumeaux et de chiffons afin d'aider l'"établissement à nettoyer l'argent sale". Ils ont astiqué les meubles et les murs de la banque tout en invitant les clients à nettoyer leur carte bancaire avec une brosse à dent. Le groupe a été invité par la sécurité à quitter les lieux et a obtempéré sans incident.

Quelques dizaines de manifestants

A Berne, une trentaine d'indignés se sont rassemblés sur la Place fédérale, une vingtaine ont fait de même sur la Paradeplatz de Zurich et une quarantaine à Bâle.

A Zurich, les manifestants refusent en outre toujours de quitter la place Lindenhof, où ils campent depuis plus de trois semaines. Ils l'ont fait savoir au conseiller d'Etat Daniel Leupi lors d'une rencontre jeudi soir, a indiqué la police cantonale dans un communiqué.

Le bilan du mouvement est plus tragique aux Etats-Unis. Deux personnes ont été tuées par balles sur des campements anti-Wall Street dans le Vermont et en Californie. Une troisième a été retrouvée morte dans un campement des protestataires anticapitalistes à la Nouvelle-Orléans, indiquent vendredi les journaux locaux.

ATS